Inflation : "Il faut moins de marges", plaide Michel-Edouard Leclerc

Publié
Inflation : "Il faut moins de marges", plaide Michel-Edouard Leclerc
France 2
Article rédigé par
C. Roux - France 2
France Télévisions

Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E. Leclerc, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 19 mai.

Le gouvernement envisage un plan pour le pouvoir d'achat, avec un chèque inflation qui pourrait s'élever à 50 euros. Est-ce suffisant ? "Je préfère qu’il y ait moins de personnes ciblées et que le package soit plus gros. Je pense que l'on est parti sur l'idée de faire tout en même temps. Il faut faire simple et cibler en priorité ceux qui ont besoin", explique Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E. Leclerc, invité des "4 Vérités" de France 2, jeudi 19 mai.

"On va vers une inflation de 6 à 7 % d'ici l'été"

Une forte inflation est attendue. "On va vers une inflation de 6 à 7 % d'ici l'été, probablement 8-9 % d'ici la fin de l'année. Sur l'énergie, mais aussi sur l'alimentaire et les prestations de services. C'est à nous, distributeurs, de choyer nos clients. [...] Si l'on ne veut pas que la hausse de prix aille d'abord comme dividende des entreprises sur les marchés internationaux, il faut moins de marges", confie le chef d'entreprise. 

La distribution pourrait-elle faire un effort sur les marges ? "Le gouvernement, dans les temps de déflation, a empêché les distributeurs les moins chers de vendre moins cher. On nous oblige à prendre 10 % de marge sur les produits de consommation courants, principalement d'origine agricole. [...] Je suis pour la levée de cette disposition qui devait être provisoire", développe Michel-Edouard Leclerc

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.