Cet article date de plus de six ans.

Pernod Ricard compte supprimer une centaine de postes en France

Conséquence de la baisse de son chiffre d'affaires, le groupe Pernod Ricard devrait supprimer près de 900 postes dans le monde, dont une centaine en France. Les emplois concernés sont essentiellement ceux des services administratifs et informatiques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'usine de production de Pastis à Marseille, du groupe Pernod Ricard. © MaxPPP)

Très touché comme ses concurrents Rémy Cointreau ou Hennessy par les mesures anti-corruption prises par les autorités de Pékin, le numéro deux mondial des spiritueux, Pernod Ricard, devrait supprimer près de 900 postes à travers le monde. La Thaïlande et le Venezuela devraient être particulièrement concernés par cette réduction des effectifs. En France, 100 à 150 emplois devraient être supprimés selon les sources.

 

Alexandre Ricard, directeur général adjoint du groupe, a annoncé à l’Agence Reuters que 150 postes devraient être supprimés. Mais Pierre Pringuet, directeur général, a lui minimisé ce chiffre affirmant que le siège de Créteil devrait perdre environ 130 postes au profit de celui de Marseille qui "va voir croître ses effectifs " de 60 personnes. Au final, l’impact net serait "largement inférieur à 100 personnes ", a-t-il précisé.

L'activité de Pernod Ricard a chuté de 23% en Chine 

Mais, pour le moment, aucun chiffre précis n’a été arrêté. Les négociations avec les partenaires sociaux se poursuivent et s’achèveront en novembre. Ses suppressions devraient essentiellement concerner les emplois administratifs et informatiques.

 

Face à la baisse de son chiffre d’affaires, le groupe français avait déjà annoncé, en février, son intention de mettre en place un plan d’économies de 150 millions d’euros sur trois. L’activité du groupe est notamment plombée par la baisse de ses ventes en Chine, qui ont chuté de 23% lors de l'exercice 2013-2014. Début 2013, le gouvernement chinois avait adopté des mesures anti-corruption pour lutter contre l’attribution de cadeaux onéreux, dont font partie le cognac et le whisky, aux fonctionnaires du pays. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.