Cet article date de plus de cinq ans.

Panama papers : une "bonne nouvelle" pour François Hollande

Le président de la République a applaudi ce lundi les révélations sur des avoirs cachés dans des paradis fiscaux par des milliers de personnes ou organisations, dont des dirigeants politiques en exercice, des personnalités sportives, voire des organisations criminelles. Une liste sur laquelle figurent des Français. Il promet des enquêtes et en attend des rentrées fiscales.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande se réjouit déjà d'éventuelles nouvelles rentrées fiscales © maxPPP)

"Toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux et à des procédures judiciaires", a déclaré François Hollande en marge d'une visite d'entreprise à Boulogne-Billancourt. "Si je peux dire, c'est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces révélations parce que ça va nous faire encore des rentrées fiscales de la part de ceux qui ont fraudé " at-il dit avant de rappeler qu'en 2015, la lutte contre la fraude fiscale avait déjà permis de récupérer 12 milliards d'euros.

"Ces lanceurs d'alerte font un travail utile pour la communauté internationale"
— François Hollande

"Je remercie les lanceurs d'alerte " a conclu le chef de l'Etat. "Je remercie la presse qui s'est mobilisée et je ne doute pas que nos enquêteurs sont tout à fait prêts à étudier ces dossiers et ces cas pour le bien d'abord de ce qu'on peut penser être la morale, et aussi pour le bien de nos finances publiques. C'est grâce à un lanceur d'alerte que nous avons maintenant ces informations. Ces lanceurs d'alerte font un travail utile pour la communauté internationale, ils prennent des risques, ils doivent être protégés." 

"C'est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces révélations parce que ça va nous faire encore des rentrées fiscales de la part de ceux qui ont fraudé" (François Hollande)
écouter

Dans un communiqué, le ministère des Finances et le secrétariat d'Etat au Budget indiquent qu'"en application des conventions fiscales qui la lient à ses partenaires", la France va "solliciter la transmission du fichier Panama papers, comme elle a elle-même eu l'occasion de transmettre la liste HSBC au cours des dernières années. Une fois que ces informations seront détenues et vérifiées, nous disposons d'outils juridiques permettant de redresser les impôts éludés et d'appliquer les pénalités, et notamment pour la détention de comptes non déclarés à l'étranger ou de sociétés écran permettant d'échapper à l'impôt qui serait normalement dû à la France."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.