À la CAF, les retards dans le traitement de certaines allocations s'accumulent : "Du jamais vu sur une période aussi longue"

Les dossiers dans certaines Caisses d'allocation familiale s'accumulent et les délais de traitement s'allongent. Les problèmes sont liés à l'épidémie de Covid-19 et surtout, la mise en place de la réforme des aides au logement. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le logo de la Caisse d'allocations familiales. (Illustration).
 (VINCENT ISORE / MAXPPP)

La situation est difficile pour certains allocataires. Ionut ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis plusieurs mois, ce papa a arrêté de travailler pour s'occuper de son enfant diabétique. Il est censé toucher l'allocation de présence parentale versée par la Caisse d'allocation familiale (CAF) de Paris de plusieurs centaines d'euros par mois mais il attend toujours une réponse. "J'ai envoyé beaucoup de lettres et de mails, raconte Ionut. J'ai eu il y a deux semaine une personne de la CAF. Elle m'a dit de ne pas m'inquiéter et que ça prenait un peu de temps ,mais toujours rien."

Pour certains allocataires qui déposent une demande pour la première fois ou qui déclarent un changement de situation, le délai d'attente pour toucher certaines prestations – hors minimas sociaux – peut atteindre de longues semaines, et dans certains cas des mois. Les problèmes ont commencé en 2021 lors de la mise en place de la réforme des Aides pour le logement (APL). Depuis, le retard dans le traitement des dossiers se résorbe difficilement. "C'est très compliqué en ce moment, je n'ai plus de sous je n'arrive pas à la fin du mois parce que je n'ai pas mes allocations", explique Ionut.

Jusqu'à "5,5 millions de pièces en attente de traitement depuis 18 mois"

Selon la direction de la CNAF, le délai de traitement des prestations est de 16 jours et demi actuellement sur l'ensemble du territoire. Mais il s'agit d'une moyenne. Dans les grandes agglomérations, c'est plus compliqué indique un administrateur. La CAF de Paris, par exemple, examine encore des demandes arrivées il y a six mois. C’est ce qu’indique son site internet. Selon Guillaume Danard de la CFDT, il y avait 2,5 millions de pièces en attente de traitement fin 2020. Aujourd'hui, dit-il, ce chiffre a doublé   "Il y a 5 millions de pièces en instance de traitement. C'est du jamais vu sur une période aussi longue puisqu'on a entre 4 et 5,5 millions de pièces en attente de traitement depuis 18 mois. Par exemple, il y a déjà eu des pics au moment de la création de la prime d'activité en janvier 2019. Cela a duré quelques mois, puis la situation s'est résorbée, on est revenu sur des délais de traitement classique."

"Aujourd'hui, depuis 18 mois, on est sur des délais de traitement important et qui mettent en difficulté les allocataires."

Guillaume Danard, CFDT

à franceinfo

Nicolas Grivel, le directeur général des Caisses d'allocations familiales, ne nie pas le problème. Mais selon lui, la situation s'améliore : "C'est lié à un caractère particulier de deux années de crise sanitaire, qui ont impacté tout le monde, et à une réforme des aides au logement 2021 qui a induit des difficultés informatiques qui se sont traduites par une augmentation de l'ensemble du volume des pièces qu'il restait à traiter. Maintenant que ces sujets informatiques sont pour l'essentiel résolus, ils nous permettent de stabiliser la situation et de progressivement résorber le stock des demandes qui sont présentes." Les syndicats pointent également une réduction du personnel, couplée à des difficultés de recrutements, liés à des salaires trop faibles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Allocations familiales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.