Xavier Gorce sur sa démission du "Monde" : "Je ne veux pas d'un titre qui se couche devant des campagnes de bashing sur les réseaux sociaux"

Le dessinateur a démissionné du journal, après que la direction du quotidien s'est publiquement excusée. L'une de ses caricatures avait fait polémique sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le dessin de Xavier Gorce, publié le 19 janvier, a fait polémique. (CAPTURE D'ÉCRAN / XAVIER GORCE)

"On met le doigt dans un engrenage terrible. À partir de quand on peut estimer que le sentiment de blessure est justifié ou pas ?", s’interroge sur France Inter jeudi 21 janvier le dessinateur des "Indégivrables", Xavier Gorce, qui a démissionné du journal Le Monde, après les excuses des patrons du quotidien pour avoir publié un croquis polémique, qui voulait tourner en dérision l'inceste et la transidentité.

Sur ce dessin, deux manchots se font face, l'un demande à l'autre : "Si j'ai été abusé par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre qui est devenu ma mère, est-ce un inceste ?" Ce dessin n'a pas été censuré, il est toujours en ligne, mais la direction s’est excusée auprès des lecteurs qui auraient pu être blessés et a indiqué qu'elle n'aurait "pas dû le publier".

Un dessin initialement "accepté et validé"

"À chaque fois qu’un dessin va heurter une communauté, une sensibilité, une personne qui se sent victime, on va s’excuser ?", poursuit le dessinateur, qui n’accepte pas ce "désaveu" du journal. "Le dessin a été publié, accepté, validé. Il y a quelque chose d’incompréhensible dans la démarche du journal. Je pense qu’ils font une erreur, une grossière erreur qui est celle de s’excuser, après une campagne de bashing sur les réseaux sociaux. De quoi va-t-on pouvoir parler, sur quoi va-t-on pouvoir dessiner ?", questionne Xavier Gorce, qui a collaboré pendant 19 ans au Monde.

"Le dessin, c’est d’abord de l’humour qui n’est pas fait pour se moquer. C’est principalement fait pour démontrer des travers de la société. On utilise l’humour qui est la politesse du désespoir."

Xavier Gorce

à France Inter

Sur France Inter, le dessinateur explique sa démarche : après les propos d'Alain Finkielkraut sur LCI (la chaîne a renvoyé le philosophe après cette sortie polémique), Xavier Gorce a souhaité rebondir "pour dire à quoi ça sert de définir l’inceste techniquement", ce que doit faire la justice. "Je vais constituer une famille dans laquelle ce n’est pas l’ascendant direct qui agresse l’enfant. Cela ironise sur les nouvelles organisations familiales, qui ne correspondent plus aux familles traditionnelles. C’est là l’effet burlesque du dessin. On comprend bien que c’est du second degré, de l’humour. Il n'y a pas de volonté d’agresser des personnes transgenres", ou victimes d'inceste, souligne le dessinateur.

Xavier Gorce se dit agacé par l'attitude de la direction du journal : "À aucun moment, je n’ai été contacté pour qu'on me demande des explications. Cette étape n’a pas été actée, donc je sors. Je ne veux pas d'un titre qui se couche devant des campagnes de bashing sur les réseaux sociaux. Il faut que la presse soit courageuse." Avec ses dessins, il affirme vouloir chercher "à soulever dans l’actualité les choses absurdes de notre monde actuel. Si ça fait sourire dans la tête, ça me suffit", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.