Cet article date de plus de douze ans.

Un mouvement de panique est survenue en Géorgie après la diffusion d'un faux reportage sur une invasion russe

Le patron de la chaîne, Guiorgui Arveladzé s'est excusé du "choc" provoqué par la diffusion du reportage controversé, assurant que son "but n'était pas d'effrayer les gens"."L'objectif était de parler des menaces de sécurité auxquelles notre pays fait face", a déclaré M. Arveladzé, cité lundi par le site d'information en ligne www.civil.ge.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Collone militaire russe à Senaki (ouest de la Géorgie) le 19 août 2008 (AFP - Louisa Gouliamaki)

Le patron de la chaîne, Guiorgui Arveladzé s'est excusé du "choc" provoqué par la diffusion du reportage controversé, assurant que son "but n'était pas d'effrayer les gens".

"L'objectif était de parler des menaces de sécurité auxquelles notre pays fait face", a déclaré M. Arveladzé, cité lundi par le site d'information en ligne www.civil.ge.

"Notre but était d'évoquer ouvertement le plan préparé à Moscou avec tous les détails douloureux", a-t-il ajouté.

En diffusant des images de la guerre éclair d'août 2008 entre la Géorgie et la Russie pour le contrôle de l'Ossétie du Sud, région géorgienne séparatiste pro-russe, la chaîne privée Imedi a annoncé samedi soir que des chars russes faisaient route sur la capitale Tbilissi et que le président Mikheïl Saakachvili avait été tué.

Selon les médias locaux, la fausse nouvelle a suscité un nombre record d'appels aux services d'urgence et provoqué de multiples incidents cardiaques et évanouissements.

Un bref avertissement avant la diffusion de l'émission indiquait qu'il s'agissait d'une "simulation", mais le reportage lui-même ne contenait aucune mention.

Guiorgui Averladzé a estimé que les téléspectateurs auraient dû comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une situation réelle et écarté toute idée de sanction contre les responsables de la chaîne. "Je n'envisage ni de changement de personnel ni de démissionner", a-t-il
dit.

Réaction à Moscou
La Russie a fustigé la diffusion de ce faux reportage, dénonçant l'"irresponsabilité" des journalistes et la "paranoïa" du pouvoir géorgien. "Les agissements d'Imedi (la chaîne TV)étaient irresponsables et immoraux", a estimé dans un communiqué le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Andreï Nesterenko, appelant la communauté internationale à condamner la diffusion d'une telle émission.

Ce faux reportage a "porté atteinte à la sécurité et la stabilité dans la région", a-t-il ajouté, laissant entendre que le président géorgien, Mikheïl Saakachvili, avait donné son feu vert à la diffusion du sujet. "Le président géorgien n'a pas caché son approbation de ce programme scandaleux, dont il a qualifié le scénario de 'très proche de la réalité'", a
souligné M. Nesterenko.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.