Cet article date de plus d'onze ans.

Twitter victime d'une attaque, Facebook touché

Le service de microblogs Twitter a été victime jeudi d'une cyberattaque qui l'a rendu momentanément inaccessible
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le service de microblogs Twitter a été victime jeudi d'une cyberattaque qui l'a rendu momentanément inaccessibleLe service de microblogs Twitter a été victime jeudi d'une cyberattaque qui l'a rendu momentanément inaccessible

Le site de socialisation Facebook et certains site appartenant à Google étaient également visés.

"De telles attaques viennent d'initiatives malveillantes orchestrées pour rendre inaccessibles des services tels que les banques en ligne et sites de paiement, et, en l'occurrence Twitter", a annoncé le cofondateur de Twitter Biz Stone sur un blog.

Après plus de deux heures de panne, le site affirmait que le service était rétabli. Il gardait toutefois un fonctionnement par à coups pour certains utilisateurs. Concédant une certaine lenteur de chargement, Twitter indiquait dans l'après-midi "travailler pour revenir à 100% aussi vite que possible".

Vendredi matin, dans les "trending topics" ("sujets tendances"), il y avait, entre autres, celui-ci: "when twitter was down" ("quand Twitter ne marchait pas").

Twitter, qui selon la société ComScore comptait en avril 17 millions d'utilisateurs, a indiqué qu'il entendait "enquêter" sur les causes de ces perturbations.

Les attaques de "déni de service" - comme celles qui ont affectées Twitter jeudi - consistent à paralyser un site en saturant les connexions à partir d'ordinateurs infectés de programmes malveillants.

Facebook et Google également touchés

Chez Facebook, la porte-parole Brandee Barker a évoqué "des problèmes de réseau liés à une apparente attaque de 'déni de service' ". "Aucune donnée d'utilisateur n'a été violée et nous avons restauré un accès complet pour la plupart des utilisateurs", a-t-elle assuré.

Google, propriétaire du site de partage de vidéos YouTube, a indiqué qu'"une poignée de sites non-Google ont été touchés par une attaque de déni de service". Son porte-parole Nate Tyler a toutefois assuré que "les systèmes Google ont empêché que l'impact soit substantiel".

Twitter, "une nouvelle cible pour les cybercriminels"

Ce n'est pas la première fois que Twitter tombe en panne, une faiblesse mise sur le compte de difficultés pour s'adapter à la forte croissance de son utilisation. Mais c'est la première fois que le service était interrompu aussi longtemps et de façon aussi généralisée.

Selon la société Pingdom, spécialisée dans la surveillance de la performance des sites internet, Twitter n'avait connu que 17 minutes de panne au total pour tout le mois de juillet, une performance nettement meilleure qu'en juin (2 heures et 3 minutes de panne au total).

La société de sécurité informatique McAfee signalait récemment que la croissance de la popularité de Twitter en faisait "une nouvelle cible pour les cybercriminels" mais que Facebook et Myspace restaient "de forts vecteurs d'attaque pour les cybercriminels".

Le mois dernier, plusieurs sites officiels "sensibles" américains et sud-coréens avaient été visés par une vague de cyberattaques du type "déni de service", y compris ceux de la Maison Blanche et du Pentagone.

L'agence sud-coréenne Yonhap avait émis l'hypothèse que la Corée du Nord puisse être derrière ces cyberattaques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.