"Jean-Pierre, il est dans nos familles" : le JT de Jean-Pierre Pernaut va manquer à un pâtissier du Nord

Pendant 33 ans, il a rassemblé tous les jours des millions de téléspectateurs sur TF1. Jean-Pierre Pernaut a présenté vendredi son dernier journal de 13H. Dans le Nord, un pâtissier lui doit en partie son succès.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ghislain Planckaert, pâtissier à Tourcoing, et spécialiste de la coquille de Noël. (VALENTIN DUNATE / RADIOFRANCE)

Depuis plus de 20 ans, Ghislain Planckaert a les honneurs du 13H de Jean-Pierre Pernaut. Ce ce maître pâtissier de Tourcoing fabrique des coquilles de Noël, une brioche en forme de petit Jésus, qu'on s'arrache dans toute la France et même à l'étranger. "Je ne suis pas la star, non. Mais on est souvent sollicité par Jean-Pierre Pernaut", explique Ghislain Planckaert qui passe quasiment chaque année dans le journal de 13H de celui qu’il appelle "Jean-Pierre". "On a tous tendance à l'appeler Jean-Pierre, il est dans nos familles. Ici, on fabrique des coquilles de Noël depuis quatre générations", explique-t-il. 

La fameuse coquille de Ghislain Planckaert, pâtissier dans le Nord, et habitué du journal de 13H de Jean-Pierre Pernaut. (VALENTIN DUNATE / RADIOFRANCE)

Ghislain montre fièrement son four "tout neuf". Il faut dire que l’impact du 13H de TF1 pour cette boulangerie est énorme, avec des centaines de mails et des coups de fils quand un reportage est diffusé. Des mails de clients qui apprécient le ton et le journal de Jean-Pierre Pernaut. "Moi j'aime bien son journal car il met les artisans locaux en valeur avec talent", déclare un client de la boulangerie.

Pour remplacer Jean-Pierre Pernaut, 71 ans, une femme de 45 ans a été choisie, Marie-Sophie Lacarrau. Ghislain prépare donc le futur : "Je vais dire tout de suite Marie-Sophie" rigole-t-il. De son côté, sa femme Nathalie souhaite à Jean-Pierre Pernaut "pleins de bonnes choses pour les jours à venir. Il doit en profiter un maximum", dit-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.