Cet article date de plus de douze ans.

TF1 a été mise en demeure par le CSA après le faux témoignage diffusé au journal de 13H00 le 23 juin

se faisait passer pour une mère en difficulté.TF1 a été "mise en demeure de respecter le principe de rigueur dans le traitement de l'info ainsi que celui de l'adéquation entre le contexte dans lequel des images ont été recueillies et le sujet qu'elles viennent illustrer", écrit le CSA.
Article rédigé par France2.fr avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jean-Pierre Pernaut avait dû présenter "ses excuses" aux téléspectateurs quelques jours après la diffusion du reportage (AFP/JOEL SAGET)

se faisait passer pour une mère en difficulté.

TF1 a été "mise en demeure de respecter le principe de rigueur dans le traitement de l'info ainsi que celui de l'adéquation entre le contexte dans lequel des images ont été recueillies et le sujet qu'elles viennent illustrer", écrit le CSA.

TF1 a été auditionnée le 30 juin, la décision du CSA a été prise le 6 juillet.

TF1 avait diffusé le 23 juin, dans le journal de 13H00 de Jean-Pierre Pernaut, le témoignage d'une mère qui exprimait sa "détresse face à l'absentéisme de son enfant" et son "soulagement de voir son désarroi pris en charge par le dispositif" du contrat de responsabilité parentale (CRP).

Cette jeune femme, qui s'est révélée être une attachée de presse du président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti (UMP), de surcroît sans enfant, a démissionné du conseil général.

Jean-Pierre Pernaut avait dû présenter "ses excuses" aux téléspectateurs quelques jours après la diffusion de ce reportage bidonné. "On a subi un préjudice assez important", avait réagi Catherine Nayl, la directrice de l'information de TF1.

Les deux journalistes de la société NMTV, filiale de Nice Matin, qui assure la correspondance de TF1 dans la région, ont été contraints de quitter l'entreprise, après avoir été mis à pied.

Frédéric Touraille, directeur général de Nice Matin et gérant de NMTV, avait tenu à préciser que l'affaire ne concernait "que NMTV et non la rédaction de Nice Matin dont l'intégrité n'est pas à remettre en cause".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.