Télévision : le CNC dresse le bilan de la parité dans les fictions, et on est encore loin du compte

Séries, téléfilms, fictions... Le Centre national du cinéma a fait les comptes, et la parité n'a toujours pas été là en 2022.
Article rédigé par Célyne Baÿt-Darcourt
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Alix Poisson incarne la première victime de la série s'inspirant du fait divers du "Violeur de la Sambre". (WHAT'S UP FILMS / FRANCE TELEVISIONS)

Elles sont davantage présentes, mais moins bien rémunérées. Voilà en quelques mots le constat de l'observatoire de l'égalité femmes-hommes du Centre national du cinéma (CNC), qui dresse le bilan 2022 de la place des femmes dans les productions de fictions pour la télévision. 

Le premier enseignement, c'est qu'on n'est plus très loin de la parité : les femmes représentent 44% des effectifs dans la production de fiction télé. Un chiffre porté par leur forte présence dans la direction artistique, les costumes, les décors... Ce qui a toujours été le cas. La nouveauté, c'est qu'elles sont de plus en plus souvent réalisatrices ou autrices. 969 ont mis en scène ou écrit (ou les deux) une œuvre audiovisuelle l'année dernière, soit 39% du total. La hausse est de plus de cinq points en six ans.

Les chaînes publiques font un grand pas en avant

Cette progression est en large partie due aux chaînes publiques, qui affichent clairement une volonté de féminiser la profession, surtout la réalisation. France Télévisions par exemple, a instauré un système de quotas en 2020. Résultat : la part des réalisatrices dans les fictions produites par le groupe de Delphine Ernotte atteint désormais 41%. C'est 10,6 points de plus qu'en 2016. Un bond spectaculaire aussi du côté d'Arte : + 12,5 points pour atteindre quasiment 38%, quand les autres groupes, eux, régressent sur ce point. La tendance est la même pour les autrices, même si c'est TF1 qui en emploie le plus. 

À l'inverse, d'autres métiers restent très masculins. 69% des compositeurs de musique sont des hommes, 77% des techniciens de l'image aussi. Les femmes ne représentent que 21% des cascadeurs et 11% seulement des techniciens du son sont des techniciennes. Alors pour arriver à la parité, le Centre national du cinéma impose depuis cette année aux producteurs de préciser qui occupe chaque poste. L'idée est d'attribuer ensuite des aides financières aux bons élèves.

Encore loin du compte sur les fiches de paye

Outre les effectifs, il faut aussi aller regarder du côté des fiches de paye. La parité salariale n'est pas du tout respectée dans les fictions télé. Il y a des écarts de salaire sur tous les métiers techniques, en défaveur des femmes bien sûr. Une technicienne de l'image touche 27% de moins que son collègue masculin, 24% de moins pour une technicienne son ou une réalisatrice. Mieux vaut faire une voix off : là, une femme gagne 25% de plus qu'un homme.

Enfin il y a des jobs, pas beaucoup, qui ne font aucune différence entre les genres : compositeur de musique et, contrairement au cinéma, acteur et actrice. Les comédiennes sont aussi bien rémunérées que les hommes, voire mieux pour certaines tranches d'âge. Les 40-49 ans par exemple ont un salaire 22% plus élevé que celui de leurs homologues masculins quadragénaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.