Cet article date de plus de cinq ans.

Quatre façons de s'engager pour l'environnement saluées dans le classement des personnalités influentes du "Time"

Le célèbre magazine américain a publié jeudi le palmarès des 100 personnalités les plus influentes de la planète.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La directrice du "Centre for Science and Environnement"  Sunita Narain assiste à une réunion avec le Premier ministre indien sur le changement de climat à New Dehli, le 13 juillet 2007. (PRAKASH SINGH / AFP)

Il faut en être. Le magazine américain Time a publié jeudi 21 avril son classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Icônes, pionniers, dirigeants, artistes, ceux qui comptent dans le monde figurent sur la liste. Cette année, on trouve Mark Zuckerberg, François Hollande, Christine Lagarde, Hillary Clinton, le pape François, Donald Trump, Usain Bolt, la chateuse Adele...

Mais de ce cru 2016, francetv info a retenu les noms de ceux qui ont œuvré pour la défense de l'environnement :

Côté paillettes : Leonardo DiCaprio

Qui est-il ? Faut-il vraiment le présenter ? A 41 ans, l'acteur de"Titanic" ou "Inception" a collaboré avec les plus grands réalisateurs, de Martin Scorsese, dont il est devenu l'acteur fétiche, à Steven Spielberg, en passant par Ridley Scott ou Clint Eastwood.  Leonardo DiCaprio a enfin décroché cette année la statuette de meilleur acteur à Los Angeles (Californie) pour son rôle dans The Revenant

Pourquoi il a été choisi. Non seulement c'est la plus grande star de Hollywood, mais c'est un grand défenseur de l'environnement. Il a même fait un saut, en décembre, à la COP 21.

 (DON EMMERT / AFP)

Côté terrain : Sunita Narain

Qui est-ce ? Une militante de l'environnement, qui dirige le "Centre pour la Science et l'environnement", basé à New Dehli. Cette écologiste combat depuis plus de vingt ans la pollution de l'air dans la capitale indienne, explique Time. Ses recommandations ont été appuyées plusieurs fois par la justice indienne.

Pourquoi elle a été choisie : au combat écologique, elle joint celui des peuples autochtones et des tribus, dont elle fait des gardiens essentiels de l'environnement.

Côté politique : Justin Trudeau

Qui est-ce ? A 43 ans, Surnommé le Kennedy canadien,  Justin Trudeau, 43 ans, est le nouveau Premier ministre du Canada depuis octobre 2015. Il a gagné les élections avec des slogans plein d'optimisme, comme celui-ci "Au Canada, le meilleur est toujours possible". Sitôt installé, le fils du flamboyant Pierre-Eliott Trudeau a constitué un gouvernement paritaire, et composé de ministres venant de toutes origines et classes sociales.

Pourquoi il a été choisi : il a l'air de vouloir tenir ses promesses. Justin Trudeau a annoncé vouloir dépénaliser le cannabis, lutter contre les inégalités et le réchauffement climatique. Il est rapidement passé de la parole aux actes, faisant fait arriver près de 25 000 réfugiés syriens dans le pays et s'engageant à réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau prend des selfies avec des réfugiés syriens arrivés à Toronto (Canada), le 10 décembre 2015. (NATHAN DENETTE / AP / SIPA)

Côté investigation : Marc Edwards et Hanna-Attisha

Qui sont-ils ? Vous avez entendu parler du scandale de Flint, cette ville pauvre du Michigan polluée au plomb ? L'eau y est tellement corrosive qu'elle a rongé des conduites en plomb du réseau de distribution, exposant les citoyens au saturnisme, et intoxiquant la population qui a été victime de vomissements, chutes de cheveux, éruptions cutanées. Le scandale durerait encore si deux lanceurs d'alerte, l'ingénieur Marc Edwards et la pédiatre Mona Hanna-Attisha n'avait pas prouvé que la population était victime d'empoisonnement, ce qu'avaient refusé de reconnaître les autorités locales, pour n'avoir pas à changer les conduites d'eau.

Pourquoi ils ont été choisis. Ils sont salués par Time comme des lanceurs d'alerte: "debout face à l'indifférence et l'ignorance des autorités, ils ont été courageux et persévérants", écrit le journal, qui note que Flint est toujours une "scène de crime".

Dr Mona Hanna-Attisha, la directrice du programme pédiatrique qui a prouvé la haute teneur en plomb de l'eau de Flint au Michigan. (SAUL LOEB / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.