Cet article date de plus de neuf ans.

Les conséquences des révélations de WikiLeaks et l'avenir de l'internet, de la démocratie et du journalisme

Pierre Chappaz, président et co-fondateur de l"agrégateur d"informations Wikio, présent au Web 10, répond aux questions d"Eric Scherer et Louis San sur les conséquences des révélations de WikiLeaks.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Pierre Chappaz répond aux questions de France Télévisions au Web 10 - France Télévisions (France 2)

Pierre Chappaz, président et co-fondateur de l"agrégateur d"informations Wikio, présent au Web 10, répond aux questions d"Eric Scherer et Louis San sur les conséquences des révélations de WikiLeaks.

Avec ce qu"a déclenché WikiLeaks, nous assistons à la première info war (guerre de l"info). Qu"est-ce qui vous choque ?

PIERRE CHAPPAZ :"C"est le fait que ce soit la première tentative de censure mondiale de l"internet. Elle est menée par tous les gouvernements et notamment les services secrets américains. C"est une campagne systématique pour éliminer WikiLeaks de l"internet. Cela passe par des attaques de hackers de la CIA, la fermeture de leurs noms de domaines et le fait de leur couper les vivres puisque Paypal, Visa, Master Card et la Banque suisse ont fermé leurs comptes. Il n"est donc plus possible de faire de dons à WikiLeaks.

Par ailleurs, Amazon qui hébergeait le site l"a fermé. WikilLeaks qui s"était réfugié en France chez OTC, voit le gouvernement par le biais du ministre Eric Besson, intimer l"ordre de fermer le site au motif que ce serait illégal. L"hébergeur a demandé l"avis d"un juge qui a dit qu"il n"y avait rien d"illégal, pour l"instant. Car on ne peut pas confondre le fait de fuiter une info secrète, d"une administration ou de l"armée - ce qui est condamnable -, d"ailleurs le soldat américain qui a donné les câbles diplomatiques à WikiLeaks est en prison.

Par contre disséminer une info qui a fuitée c"est l"essence même du boulot de la presse. Donc pour moi WikiLeaks, est un organe de presse d"un type nouveau qui a droit au même type de protection que n"importe quel organe de presse, c"est une question de démocratie. C"est pour ça que comme énormément de professionnels de l"internet quand on voit cette offensive mondiale de tous les gouvernements pour les réduire au silence on est très inquiet et on a envie de les aider. Parce qu"on n'a pas envie que l"avenir de l"internet ça soit l"internet à la chinoise. De toute façon, si WikiLeaks venait à disparaître, d"autres sites du même genre verraient le jour. C"est inévitable. Une source d"infos comme celle-ci ne peut que continuer. Maintenant qu"elle a existé, on ne peut plus revenir en arrière."

Reporters sans frontières a pris ce week-end la défense de WikiLeaks, est-ce que les médias dans l"ensemble ne sont pas à la traine ?
"C"est très frappant. Les médias traditionnels, les journaux, les télévisions sont lentes à se rendre compte de ce qui se passe. Ils rendent compte des infos de manière très factuelle, mais je n"ai pas encore lu dans Le Monde par exemple - qui bénéficie des fuites de WikiLeaks pour alimenter sont lectorat - un article qui analyse l"offensive globale des gouvernements au niveau mondial que je viens de décrire et qui la dénonce. En disant c"est un comportement non démocratique, nous journalistes on prend position et il faut défendre la liberté de la presse. J"attends donc avec impatience qu"un journaliste connu prenne position à la télé à la radio ou dans les journaux, autrement que pour critiquer internet tel qu"ils ont l"habitude de le faire, alors que pas du tout. Internet est un élément de la démocratie et c"est même aujourd"hui le média le plus démocratique."

Ici la planète Geek est rassemblée pour deux jours, quelles ont été les réactions après les événements des derniers jours ?
"J"étais à la conférence du Web 10 avec des entrepreneurs européens et américains et on voit que les Européens partagent ma position, on est tous très choqués. Les Américains, je vais vous confier un truc... Un intervenant du Wall Street Journal m"a dit avant d'entrer sur scène, "Je ne peux pas donner le fond de ma pensée parce que je suis le Wall Street Journal. C"est à dire que les Américains ont peur et on pourrait presque imaginer qu"un Maccarthysme 2.0 est en train de se développer aux Etats-Unis. On y ferait la chasse non seulement à WikiLeaks mais à toute la presse libre. Et c"est d"ailleurs incroyable que ça se produise dans un gouvernement démocrate. Mais le sénateur américain Lieberman qui est un des sénateurs les plus en pointe dans cette histoire a très clairement dit qu"il considérait que le New York Times devait être attaqué au même titre que WikiLeaks pour avoir diffusé ces informations. Donc qu"est-ce que les journalistes attendent pour se défendre ?"

Est-ce qu"il y a des initiatives qui ont été lancées ici ?
"On discute d"une initiative prise sur Twitter. Tous les gens présents au Web 10 ou non, sont invités à répondre à la question "Est-ce que les actions des gouvernements sont légitimes ou non ?". Pour y répondre, il faut taper #wikileaksleweb, comme ça on aura l"opinion globale du Web. Mais aujourd"hui elle est très claire. C"est une bataille pour la démocratie du futur qui est en cours. Des milliers de sites internet sont mobilisés pour faire des sites miroirs, pour permettre à l"info d"être toujours en ligne et de les aider financièrement malgré les risques que ça implique. Parce que vu le comportement des gouvernements, on peut imaginer qu"ils vont se faire un malin plaisir à regarder qui a aidé financièrement WikiLeaks. Mais malgré ça, les internautes défendent ce droit à l"expression qui fait qu"internet est un média extraordinaire. C"est un média qui est en train de changer la politique à l"échelle mondiale et c"est un combat qui va définir le futur de l"internet."

Julian Assange est devenu l"ennemi mondial numéro un...
"Les gouvernements vont faire en sorte de garder Assange derrière les barreaux le plus longtemps possible. C"est bien pour cela qu"ils veulent l"extrader. Mais mon avis personnel : cela ne m"étonnerait pas qu"on essaie de tuer Assange, qu"on apprenne qu"il a été étranglé, par exemple, par un co-détenu... Le Washington Times a d"ailleurs publié au début du mois un édito titré "Assassinate Assange ?" (Assassiner Assange ?). L"auteur y suggère de chasser Assange comme les terroristes."

>> Pour suivre France Télévisions au Web 10 sur Twitter : #Web10FTV

Voir aussi

>> Le web paris 10 - France Télévisions

>>

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.