Anna Cabana avait un "conflit d'intérêts" pour animer une émission sur Jean-Michel Blanquer, son mari, estime le Conseil de déontologie journalistique

L'émission "Conversations avec Anna Cabana", le 18 janvier, avait notamment abordé le cas du ministre de l'Education, critiqué pour avoir annoncé de nouvelles mesures en lien avec l'épidémie de Covid-19 depuis Ibiza, où il était en vacances... avec son épouse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La journaliste Anna Cabana à BFMTV, le 8 septembre 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)

Animer une émission sur son mari, sans le dire aux téléspectateurs ? Un manquement à la déontologie, conclut le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), dans un avis rendu public le 18 mai.

Le 18 janvier, la journaliste Anna Cabana, salariée de la chaîne de télévision i24News, anime comme à son habitude l'émission "Conversations avec Anna Cabana". Ce jour-là, le programme aborde notamment le cas du ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, critiqué pour avoir annoncé de nouvelles mesures de restriction face à l'épidémie de Covid-19 depuis Ibiza (Espagne), où il était en vacances avec son épouse... Anna Cabana.

"Ma relation est publique"

Or, "à aucun moment dans l'émission en cause, la journaliste n'indique ses liens privés avec M. Jean-Michel Blanquer", note le CDJM. "Le choix de ne pas se faire remplacer à l'antenne le 18 janvier ou à tout le moins de ne pas expliquer aux téléspectateurs qu'elle allait se contenter de distribuer la parole sur le sujet du jour, puisqu'il concernait son mari, la place de facto dans une situation de conflit d'intérêts ou d'apparence de conflit d'intérêts", tranche l'institution, qui ne peut pas prononcer de sanction.

"La règle déontologique d'éviter – ou de mettre fin à – toute situation pouvant conduire à un conflit d'intérêts n'a pas été respectée par i24News", conclut le Conseil, qui note néanmoins que "les règles déontologiques d'offre de réplique et de distinction entre publicité et information n'ont pas été enfreintes".

Invitées à s'expliquer par le CDJM, la journaliste et sa rédaction n'ont pas répondu. L'intéressée avait accordé une interview au Parisien (article abonnés) le lendemain de l'émission, expliquant que sa relation avec Jean-Michel Blanquer était "publique". "Tapez mon nom sur internet, c'est partout. C'est même écrit sur ma fiche Wikipedia ! Aujourd'hui, tout le monde sait que je suis la compagne de Jean-Michel Blanquer." Mais le CDJM estime que "cette notoriété est toute relative, et que le lien conjugal n'est pas explicité, par exemple par un nom marital".

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.