Cet article date de plus d'onze ans.

La BBC a publié jeudi pour la première fois le montant des salaires et notes de frais de ses 107 plus hauts dirigeants

Le premier groupe audiovisuel au monde a revendiqué comme une démarche "sans équivalent dans le secteur public" la mise en ligne des informations concernant le traitement du directeur général Mark Thompson (834.000 livres/an, près de 920.000 euros) et de 106 des principaux décideurs au sein de son état-major.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Television Centre, immeuble de la BBC à Londres (AFP / Jim Watson)
Le premier groupe audiovisuel au monde a revendiqué comme une démarche "sans équivalent dans le secteur public" la mise en ligne des informations concernant le traitement du directeur général Mark Thompson (834.000 livres/an, près de 920.000 euros) et de 106 des principaux décideurs au sein de son état-major.

Plus de 3.000 dépenses sont épluchées, à commencer par celles du directeur général, qu'il s'agisse de billets de parking à 1,20 livre, de vols d'affaires, d'achats de fleurs, de "rafraîchissements pour Mark dans sa chambre d'hôtel" (12,94 livres), de notes de restaurants, etc.

La diffusion des données sur le site internet de la BBC a immédiatement soulevé des interrogations. Ainsi, l'agence nationale Press association a épinglé le contrôleur de la BBC radio 1 Andy Parfitt, qui a déboursé quelque 500 livres en équipement de montagne pour gravir le Kilimandjaro dans le cadre d'une émission, et Alan Yentob, directeur de la création, pour avoir payé 3.211,70 livres un vol retour à New-York.

Seules 1% des informations comptables ont été censurées, du fait de leur caractère "personnel" ou en vue de protéger des secrets commerciaux, a précisé la BBC. La divulgation trimestrielle des salaires et frais de la direction a été ordonnée par le BBC Trust, organe de tutelle et de régulation de la BBC, dans le souci de désamorcer une avalanche sans précédent d'attaques contre "l'expansionnisme", "l'arrogance", la "concurrence déloyale", voire "l'abus de position dominante" du groupe, qui constitue une véritable institution au Royaume-Uni.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.