L'humour sexiste a toujours beaucoup de succès à la radio et sur le web, selon une étude du Haut conseil à l'égalité

Pour son premier état des lieux du sexisme en France, le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes a passé au crible l'humour dans les matinales des radios et sur internet durant deux mois, en novembre et décembre 2017.

Des femmes manifestent le 8 mars 2018 à Toulouse à l\'occasion de la journée internationale des droits des femmes.
Des femmes manifestent le 8 mars 2018 à Toulouse à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes. (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)

Le sexisme est un des ressorts principaux pour faire rire. Tel est le constat établit par le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes, après l'étude en novembre et décembre 2017 d'un échantillon de contenus humoristiques les plus populaires : les chroniques matinales de France Inter, RTL Matin et Europe 1, les vidéos YouTube de Cyprien et Norman, et le site internet le mieux référencé sur Google, blague.info.

Dans les matinales radio, 71% des chroniques mobilisaient des ressorts sexistes, comme des stéréotypes attribués aux femmes : hystériques, sottes, sensibles, fragiles, émotives, etc. Dix chroniques sur dix mobilisaient des ressorts sexistes sur Europe 1, 8 sur 10 sur RTL. France Inter s'en sort mieux avec 2 chroniques sur 8 concernées. 

Le sexisme se cache parfois dans les détails. Les animatrices sont plus souvent nommées par leur prénom, tandis que les hommes ont droit à leur patronyme entier. Le procédé est également courant pour les femmes politiques ou liées aux hommes politiques : "Brigitte" pour Brigitte Macron ou "Carlita" pour Carla Bruni-Sarkozy.

Moquées pour leur physique ou leur âge

Mais c'est dans les imitations que le sexisme est le plus évident. Les femmes politiques ou people sont imitées par des hommes, qui adoptent une voix suraiguë ou fluette. Elles sont moquées pour leur physique ou leur âge. Angela Merkel est qualifiée de "baleine rose" dans une chronique de RTL et Geneviève de Fontenay est affublée d'un dentier sur Europe 1.

Sur YouTube, c'est pire : 83% des vidéos de Cyprien et Norman visionnées mobilisent des ressorts sexistes. L'injure sexiste est présente dans deux sketchs YouTube sur six de Norman et Cyprien, principalement sur le physique des femmes et leur intelligence.

Ces conclusions font partie d'une enquête annuelle du HCE sur le sexisme, consultable en PDF. Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, créé par décret du président de la République en 2013, est une instance consultative indépendante. Il a pour mission "d'assurer la concertation avec la société civile et d’animer le débat public sur les grandes orientations de la politique des droits des femmes et de l’égalité". Le HCE avait notamment publié un Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype, en 2015, où il préconisait l'utilisation de l'écriture inclusive.