"L'Humanité" en redressement judiciaire : plus de "700 000 euros" de dons récoltés, selon son directeur Patrick Le Hyaric

Le placement en redressement judiciaire "est une chance qui nous est faite de rebondir", a estimé Patrick Le Hyaric.

Patrick Le Hyaric, directeur du journal \"L’Humanité\".
Patrick Le Hyaric, directeur du journal "L’Humanité". (NATHALIE LOPES / FRANCE-CULTURE)

"Nous sommes en train de dépasser les 700 000 euros de collecte de dons", a annoncé jeudi 7 février sur franceinfo Patrick Le Hyaric, le directeur de L'Humanité alors que le journal a été placé ce même jour en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis). L'Humanité a lancé un appel à la mobilisation le 28 janvier pour venir en soutien au journal qui connaît de lourdes difficultés financières.

Le placement en redressement judiciaire "est une chance qui nous est faite de rebondir", a également souligné Patrick Le Hyaric. "On va se battre pour que L'Humanité soit pérennisé et joue un rôle dans la société."

franceinfo : Est-ce cette décision du tribunal de commerce est un sursis pour L'Humanité ?

Patrick Le Hyaric : Pas forcément un sursis. C'est plutôt une chance qui nous est faite de rebondir, de créer les conditions, de reconfigurer notre économie, de mobiliser des forces autour de nous de telle sorte que nous puissions nous relancer et d'être à l'équilibre d'exploitation. Il n'y a pas que L'Humanité qui est en difficulté. La différence entre nous et d'autres journaux, c'est que d'autres journaux sont adossés à des groupes industriels et financiers qui permettent de compenser les déficits. Ce qui n'est pas notre cas. Nous, nous sommes adossés à une force populaire, à nos lectrices, à nos lecteurs, à nos amis. Tous les journaux de la presse écrite d'information générale et politique sont malheureusement en difficulté. Il faut réinventer un modèle économique, mixte, papier et digital.

L'Humanité avait pris du retard sur internet ?

L'Humanité n'a pas pris de retard. Mais c'est un modèle qui n'est pas si simple qu'on croit. La valeur des abonnements sur le digital est infiniment plus faible que celle sur le papier. Pour un abonnement papier aujourd'hui, il y a quatre abonnements au digital. Pour faire une économie avec cela, c'est plus compliqué qu'on l'a dit parfois. Ce dont je suis sûr, c'est qu'on va se battre pour que L'Humanité soit pérennisé, se développe et joue un rôle dans la société.

Il y a une grande mobilisation autour de L'Humanité. Le journal a lancé un appel aux dons. Combien de fonds avez-vous récolté ?

Nous sommes en train de dépasser les 700 000 euros de collecte de dons de particuliers, d'organisations syndicales, de sections du parti communiste, d'instituts de recherches, de fondations. Il y a une large mobilisation. Il y aura une grande soirée le 22 février prochain qui permettra à des actrices et des acteurs de la presse, du monde culturel et à des représentants des salariés, de témoigner et d'apporter leur soutien à L'Humanité.