Cet article date de plus de six ans.

L'avenir de Libération s'éclaircit

Le tribunal de commerce de Paris a accepté aujourd'hui le plan de renflouement présenté par l'homme d'affaire Bruno Ledoux. Le propriétaire du journal va apporter 18 millions d'euros au capital.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est un bol d'air pour un quotidien au bord de
l'asphyxie. Bruno Ledoux va prêter 4 millions d'euros en urgence à Libération.
Il s'est engagé à apporter au total 18 millions d'euros d'ici fin juin pour
sauver le journal de la faillite, avec l'aide d'autres investisseurs qui
devraient également entrer au capital. 

La marque Libé

Libération échappe donc à la mise en
redressement judiciaire mais s'apprête à changer en profondeur. Le plan proposé
par Bruno Ledoux,
qui a donc été validé par le tribunal, prévoit en effet de
faire de Libé un réseau social, un espace culturel, une marque qui serait
déclinée sur tous les supports. 

90.000 exemplaires par jour

Impossible selon le propriétaire de compter
seulement sur les ventes du journal papier... Libération se vend aujourd'hui
seulement à 90.000 exemplaires par jour, soit une baisse de 15% en un an.

Mais
ce projet est vivement combattu par les salariés, qui le dénoncent chaque jour
dans Libération, dans une page intitulée "Nous sommes un journal ". Manière pour
eux de dire qu'il ne faut pas oublier l'essentiel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.