"J'ai ressenti un viol moral" : la cinéaste Maïwenn explique avoir agressé Edwy Plenel après la publication sur Mediapart de son audition dans l'affaire Luc Besson

Le réalisateur, père de la fille de Maïwenn, est accusé de viol par l'actrice Sand Van Roy.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La cinéaste Maïwenn à Cannes (Alpes-Maritimes), le 17 mai 2023. (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

Après avoir décidé de se taire sur le sujet pendant la campagne de promotion de son dernier film, Maïwenn prend finalement la parole. La réalisatrice affirme dans le Journal du dimanche (article pour les abonnés), paru dimanche 11 juin, avoir agressé le cofondateur de Mediapart, Edwy Plenel, pour la publication de son audition dans l'affaire Luc Besson, père de sa fille, accusé de viol par l'actrice Sand Van Roy. "Je ne reproche pas à Mediapart les enquêtes qu'ils ont menées concernant Luc Besson. Je leur reproche ce qu'ils m'ont fait à moi", lance Maïwenn dans l'hebdomadaire.

La cinéaste et actrice assure qu'elle a rencontré une journaliste de Mediapart fin 2018 au sujet de l'enquête de ce média sur Luc Besson, qu'elle dit ne plus fréquenter "depuis 20 ans". Elle aurait alors souligné à son interlocutrice qu'elle ne voulait pas "prendre la parole". Début 2021, Mediapart publie "un article avec des bouts de [son] audition" faite en juin 2020 devant la police judiciaire. "C'est un cataclysme. (...) J'ai ressenti un viol moral", souligne Maïwenn. "Si rien ne justifie que l'on s'en prenne à un journaliste, rien ne justifie que l'on viole l'intimité d'une femme", ajoute-t-elle.

La Cour de cassation rendra le 21 juin sa décision concernant les accusations de viol envers Luc Besson, qui ont fait l'objet d'un non-lieu, confirmé en appel. Le réalisateur clame son innocence.

Mediapart a répondu dimanche à la réalisatrice dans un billet de blog, relevant que son audition avait d'abord été publiée dans les magazines Paris-Match et Le Point et que Mediapart ne l'avait évoquée que des mois après. "En réalité, ce qui se joue va bien au-delà : il s’agit de mettre en cause un journal qui n'a jamais renoncé à enquêter sur #MeToo, dans tous les lieux de pouvoir, dans tous les milieux, y compris dans le cinéma", écrit le site d'informations. "Ne soyons pas dupes de l’offensive médiatique et politique contre #MeToo à laquelle elle participe aujourd’hui, avec le JDD."

Edwy Plenel entendu il y a deux semaines

Maïwenn avait déjà reconnu en mai, dans l'émission "Quotidien" (TMC), avoir agressé Edwy Plenel, tout en refusant de s'expliquer. Edwy Plenel a déposé en mars une plainte, que l'AFP a pu consulter, contre la comédienne et réalisatrice pour cette agression.

"Une femme, précédemment assise, seule, à une autre table (d'un restaurant parisien) a surgi et dans un laps de temps très court a saisi [Edwy Plenel] par les cheveux avec violence, lui renversant la tête en arrière et esquissant un crachat sur son visage", peut-on y lire. Maïwenn avait été identifiée ensuite par le personnel du restaurant.

"Une enquête est ouverte. Edwy Plenel a été entendu il y a deux semaines. Les autres témoins sont en train d'être entendus", avait précisé mi-mai à l'AFP l'avocat du journaliste, Pierre-Emmanuel Blard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.