Audiovisuel public : les grands bouleversements de la réforme

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a dévoilé ce lundi 4 juin, les grandes orientations de sa réforme. Pour France Télévisions, cela se traduira notamment par la transformation de France 4 en chaîne numérique. Des synergies, mais pas de plan chiffré d'économie. 

France 3

France 4, la chaîne de la jeunesse sera diffusée uniquement sur internet. L'une des décisions annoncées ce matin, lundi 4 juin, devant les patrons des entités de l'audiovisuel public. France Télévisions, Radio France, France Médias Monde, l'Ina, Arte et TV5 Monde sont priés de reconquérir les jeunes. "C'est un tiers de la population qui n'est pas là, qui ne distingue pas l'offre privée de l'offre publique. Ils n'attendent rien de cet audiovisuel, à nous de les surprendre", ce sont les mots de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Pour cela, l'audiovisuel public devra consacrer 150 millions d'euros en plus au numérique d'ici 2022 sans rallonge budgétaire.

Plus de numérique et de proximité

D'un côté les nouvelles technologies, de l'autre la proximité. Sur France 3, le temps d'antenne consacré aux programmes régionaux sera multiplié par trois, de deux à six heures quotidiennes. Les stations régionales de France 3 et les radios France Bleu devront proposer des programmes communs. Quant à France Ô, son avenir sur le hertzien est en réflexion. Les syndicats dénoncent un projet flou et anticipent déjà des économies drastiques. Ce lundi 4 juin, la ministre n'a pas donné de précisions sur le futur budget. Le financement et le sujet de la redevance feront partie d'une loi en 2019.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de la Culture Françoise Nyssen quitte l\'Elysée, le 11 avril 2018.
La ministre de la Culture Françoise Nyssen quitte l'Elysée, le 11 avril 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)