Cet article date de plus de six ans.

Ecologiste, sarkozyste et désormais journaliste à "Valeurs actuelles"... Maud Fontenoy continue de naviguer à droite

L'ancienne sportive va écrire des chroniques pour la rubrique environnement du magazine conservateur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Maud Fontenoy photographiée au siège du parti Les Républicains à Paris le 30 novembre 2015. (MAXPPP)

Après la mer et la politique, Maud Fontenoy se lance désormais dans la presse. Comme le rapporte le site Presse News, lundi 11 avril, l'ancienne navigatrice va prendre les rênes de la rubrique environnement-santé de l'hebdomadaire conservateur Valeurs Actuelles. Porte-étendard d'une écologie "pragmatique et réaliste", la jeune femme de 38 ans marque un nouveau virage dans son parcours atypique, mais assumé.

Elle a traversé l'Atlantique à la rame


Après 17 chavirages en pleine nuit, Maud Fontenoy atteint La Corogne (Espagne) en octobre 2003. Elle vient de parcourir 6 700 km à la rame et a passé 117 jours sur l'eau. Partie de Saint-Pierre-et-Miquelon, la jeune navigatrice devient à 25 ans la première femme à avoir traversé l'Atlantique-Nord, en solitaire et sans assistance.

Deux ans plus tard, elle réitère le défi dans le Pacifique : après avoir quitté le Pérou en janvier 2005, elle accoste aux îles Marquises le 26 mars au terme d'une traversée de 6 900 km, rappelle L'Obs"Je me souviendrai de l'harmonie avec la nature. Quand on va si lentement, qu'on prend son temps, qu'on est si proche de l'eau, on a une perception de l'environnement différente", confie-t-elle à son arrivée. Félicitée par le président Jacques Chirac, elle incarne à l'époque le courage et "la figure de la France qui gagne", décrit alors Le Monde.

Elle est pro-OGM et favorable au gaz de schiste

Passionnée par l'environnement, elle décline son intérêt dans plusieurs livres Ma maison écolo, Mon bébé écolo et Mon océan écolo, avant d'amorcer son virage politique avec Ras-le-bol des écolos en 2013. Dans cet ouvrage, elle se prononce en faveur des OGM, des gaz de schiste, du nucléaire et des pesticides. Sur la page des remerciements, on y trouve les noms de Pierre Gattaz et Vincent Bolloré.

Sa position hérisse la plupart des écologistes qui la perçoivent comme une "injure aux enjeux écologiques". "Elle prend en permanence le contre-pied de ce que l’on essaye de défendre, chacun a le droit d’avoir ses idées mais on ne peut pas prendre des positions aussi tranchées et dogmatiques qui nient les apports de la science, surtout si on le fait au nom de l’écologie", explique Mathieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Hulot, dans les colonnes de 20 Minutes.

En septembre 2015, une pétition intitulée "Débarquons Maud Fontenoy" exige que les kits pédagogiques publiés par la jeune femme et destinés à sensibiliser les enfants à l'environnement soient retirés des écoles car jugés "trop proches des idées du patronat". La pétition recueille 14 384 signataires. 

Elle est bien placée au sein des Républicains

Amie de longue date de Nicolas Sarkozy, elle se présente en 2007 sur la liste UMP de Jean-François Copé lors des élections régionales. La même année, lorsque le candidat de l'UMP accède à l'Elysée, il lui décerne l'insigne de Chevalier de l'ordre national du Mérite. "Elle a tapé dans l'œil de toute la droite", explique le député de Savoie Hervé Gaymard (Les Républicains) au Monde.

Ces positions controversées sur l'écologie n'arrêtent pas Nicolas Sarkozy qui la hisse au poste de déléguée à l'environnement des Républicains en mai 2015 lors du congrès fondateur du parti.

La même année, elle figure sur la liste de Christian Estrosi (Les Républicains) pour les élections régionales de décembre en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Après la victoire de la droite dans la région, elle en devient la vice-présidente.

Elle dirige une fondation soutenue par des industriels

Vaisseau amiral de son engagement, Maud Fontenoy crée sa fondation pour la préservation des océans en 2008. La Fondation Maud Fontenoy, basée aux Pays-Bas, pays figurant sur la liste grise des paradis fiscaux, s'est fixé un objectif simple : "Sauver les océans pour sauver l'homme.". Niveau financier, elle est soutenue par de grands industriels tels que le groupe Carrefour, Vincent Bolloré ou encore les géants publicitaires Havas et Euro RSCG, rappelle Le Parisien.

D'un budget d'environ "500 000 euros par an", la Fondation Maud Fontenoy n'est pas tenue de publier ses comptes, selon L'ExpressElle se cantonne pour le moment à des interventions dans les écoles, des opérations de nettoyage de plages et les kits pédagogiques. Chaque année lors de son gala annuel, elle réunit de nombreuses célébrités comme Elsa Zylberstein, Claude Lelouch, Benoît Magimel ou encore Patrick Poivre d'Arvor.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.