Cet article date de plus de neuf ans.

Climat : une centaine de chefs d'Etat au chevet de la planète

C'est le plus grand sommet jamais organisé pour tenter de sauver les négociations internationales sur le changement climatique - dans l'impasse ces derniers temps... Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement se retrouvent aujourd'hui à l'ONU, à New York.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

L'urgence est extrême. Dans moins de trois mois s'ouvre, à Copenhague, la conférence censée succéder à Kyoto - et trouver un accord contraignant sur l'émission des gaz à effet de serre. Sauf que de nombreux pays ne cachent plus, aujourd'hui, leur pessimisme...

Du coup, le secrétaire général de l'ONU a pris le taureau par les cornes. Ban Ki-moon a décidé de réunir, aujourd'hui, au siège des Nations-Unies, tous les chefs d'Etat et de gouvernement qui le souhaitaient. Une centaine a répondu présent. “C'est l'occasion pour les responsables de la planète de montrer qu'ils sont sérieux quant au changement climatique”, commente Yvo de Boer, le responsable de la convention de l'ONU sur le climat.

Et les lignes de front évoluent... La Chine pourrait annoncer très officiellement qu'elle lutte désormais contre le réchauffement de la planète. Toujours selon Yvo de Boer, la
Chine a décidé de plusieurs programmes d'économie d'énergie,
d'énergies renouvelables ou de véhicules moins polluants qui la
placent au niveau de l'Union européenne - et loin devant les
Etats-Unis dans la lutte contre le réchauffement climatique.
_ L'Inde pourrait également lui emboîter le pas...

Le feuilleton continuera en fin de semaine. Un G20 se tient à Pittsburgh, en Pennsylvanie, les 24 et 25. Les ministres des Finances y présenteront des propositions sur le financement des aides aux pays en développement pour combattre le réchauffement climatique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.