Cet article date de plus de huit ans.

Le dessinateur Luz annonce son départ de "Charlie Hebdo"

Devenu un des visages du journal satirique après l'attentat du 7 janvier, le dessinateur quittera la rédaction en septembre, mais nie tout lien avec les conflits au sein de la rédaction.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le dessinateur Luz présente la une du premier numéro de "Charlie Hebdo" après l'attentat du 7 janvier, le 13 janvier 2015, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Luz va tourner la page de Charlie Hebdo. Le dessinateur, devenu un des symboles de la rédaction du journal satirique, dont il avait notamment dessiné la première une après l'attentat du 7 janvier, a confirmé dans une interview à Libération, lundi 18 mai, qu'il quitterait la rédaction en septembre prochain. Un départ annoncé alors que des conflits secouent la rédaction.

"Le souci, c'est l'inspiration"

Des tensions qui n'ont rien à voir avec ce départ, assure Luz, qui dit réfléchir depuis longtemps à son départ. "Si je me barre, c’est que c’est difficile pour moi de travailler sur l’actualité. (...) Beaucoup de gens me poussent à continuer, mais ils oublient que le souci, c'est l'inspiration", explique-t-il. "Ces petits événements anodins", comme les querelles des Verts sur leur entrée au gouvernement, qu'il cite en exemple, "ça me passe au-dessus de la tête désormais, parce qu’on a vécu quelque chose qui n’est pas anodin."

Il raconte à Libération sa difficulté à continuer le travail après la mort de nombre de ses amis et collègues : "Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là. Passer des nuits d’insomnie à convoquer les disparus, à se demander qu’est-ce que Charb, Cabu, Honoré, Tignous auraient fait, c’est épuisant." Aujourd'hui, il pense que le journal aurait dû "faire une pause plus longue" après le numéro qui a suivi les attentats.

"On invoque l’esprit Charlie pour tout et n’importe quoi"  

Le dessinateur s'en prend également à Jeannette Bougrab, la compagne de Charb, qui l'avait attaqué quand il avait annoncé qu'il ne dessinerait plus Mahomet : "[Elle] dit : c’est quoi ce héros en carton qui ne veut plus dessiner Mahomet ? Mais on n’est pas des héros, on l’a jamais été, on l’a jamais voulu."

"Tout le monde invoque l’esprit Charlie pour tout et n’importe quoi"  déplore également Luz, qui pense "qu'à Charlie, finalement, on est les seuls à pas le faire, à être pudique, ce n’est peut-être pas un mal". "Après, dans quelques mois, je ne serai plus Charlie Hebdo, mais je serai toujours Charlie", nuance le dessinateur.

Luz avait notamment dessiné la une du premier numéro du journal après l'attentat, qui représentait Mahomet tenant un panneau "Je suis Charlie". Le 7 janvier, il n'était pas présent à la conférence de rédaction : "C'était mon anniversaire (...) et je suis resté longtemps au lit avec ma femme. Du coup, j'étais en retard à la réunion, bêtement", témoignait-il dans une interview à ViceLuz publie mercredi une nouvelle BD, Catharsis, journal de bord des mois qui ont suivi les attentats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.