L'homme qui avait menacé Zineb el Rhazoui condamné : "C’est la démonstration que les lois de la République priment sur la violence et la haine"

Un jeune homme qui avait menacé de mort l'ancienne rédactrice de Charlie Hebdo après ses propos sur l'inefficacité des méthodes de radicalisation, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis, mercredi 10 juillet. La journaliste, invitée de franceinfo, a salué le verdict. 

Zineb el Rhazoui, le 4 juillet 2019.
Zineb el Rhazoui, le 4 juillet 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Invitée sur franceinfo, mercredi 10 juillet, après la condamnation d'un jeune homme qui l'avait menacée de mort sur Twitter, l'ancienne rédactrice de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui a salué la décision de justice : "C’est la démonstration que les lois de la République priment sur la violence et la haine".

L'ancienne journaliste de Charlie Hebdo avait été la cible d'une vague de menaces sur internet après avoir estimé en décembre 2018 sur le plateau de CNews qu'il "faut que l'islam se soumette à la critique, qu'il se soumette à l'humour, qu'il se soumette aux lois de la République, qu'il se soumette au droit français".

"La fin de l'impunité"

"Je ressens la satisfaction de la justice, de la fin de l’impunité ou du début de la fin de l’impunité", a expliqué Zineb El Rhazoui sur franceinfo, alors que le jeune étudiant qui l'a menacée de mort en décembre 2018 a été condamné à 4 mois de prison avec sursis, une peine aménagée en heures de travaux d'intérêt général. "La justice fonctionne et on peut les retrouver", derrière l’anonymat des réseaux sociaux a-t-elle expliqué. 

Cette condamnation est, je l’espère, la première d’une série.Zineb el Rhazouisur franceinfo

"Cette attaque se situait dans une série, une avalanche d’autres attaques", a t-elle précisé. "Pour moi, c’est extrêmement important de faire valoir le droit. La lutte contre l’islamisation, contre le discours de haine, et contre l’idéologie du terrorisme passe aussi par la justice sous toute autre loi tribale, charia ou autre", a poursuivi la journaliste.

Un appel "à tous ceux ciblés par la haine religieuse sur les réseaux sociaux"

L'ancienne journaliste de Charlie Hebdo vit au quotidien sous protection policière depuis bientôt 5 ans et lance un appel sur franceinfo : "C’est un appel que je lance à tous ceux qui, comme moi, sont ciblés par la haine religieuse sur les réseaux sociaux. Les apostats de l’islam, ceux qui se définissent comme les ex-musulmans ou les personnes qui critiquent la religion musulmane sont ciblées de façon très virulente par ces espèces de milices anonymes du web qui s’autoproclament défenseur de l’islam et de la charia. C’est extrêmement important de leur démontrer qu’ici nous sommes en France, que nous sommes dans une démocratie et que nous sommes dans un pays où la justice est indépendante".

D’autres plaintes sont en cours et un autre procès aura lieu en janvier prochain. "Je suis quasiment abonnée à ce type de menaces, vu le discours que je tiens, qui est un discours de critiques rationnelles de la religion et de lutte contre l’islamisation, contre la montée de la radicalité et de l’idéologie du terrorisme notamment dans la religion musulmane. C’est important de montrer que nous sommes protégés par la loi. Je suis touchée de cette décision, de ce jugement important", a-t-elle ajouté.