Cet article date de plus de sept ans.

Al-Jazeera se lance aux Etats-Unis et suscite la méfiance

Al-Jazeera America va émettre aux Etats-Unis à partir de ce mardi 15 heures (21 heures heure française). La chaîne d'information continue qatarie a eu du mal à s'implanter dans le pays et devra faire face à une forte méfiance pour devenir populaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Capture d'écran Radio France)

Quatorze heures d'info en continue chaque jour, des documentaires
inédits, des correspondants partout dans le monde, et souvent dans des lieux négligés
par les autres chaines. Et surtout moins de publicité qu'aucune autre chaîne d'info
des Etats-Unis, six minutes seulement par heure. Un rêve de journaliste et de télespectateur. Et
pourtant, l'arrivée d'Al-Jazeera aux Etats-Unis se fait dans la méfiance et le scepticisme
général.

Malgré le porte-monnaie bien garni du groupe qatari, la
chaîne Al-Jazeera America ne sera accessible dans un premier temps qu'à 48 millions d'abonnés de réseaux payants tels que Comcast, ATT et DirectTV, les
poids lourds, Time Warner et Verizon refusant pour l'instant de l'inscrire dans
leur bouquet de diffusion.

Une réputation ternie d'Al Jazeera aux USA

D'ailleurs, pour que la chaîne qatarie s'implante aux Etats-Unis,
il a fallu attendre de pouvoir racheter une chaine américaine, en l'occurrence Current
TV, la chaîne d'Al Gore. Un achat à 500 millions de dollars.

Le problème d'Al Jazeera América maintenant, c'est de changer
son image. Sa réputation la précède : relais des islamistes, couverture
partisane de l'information, action sur la radicalisation de certains musulmans,
etc. Une image véhiculée au début des années 2000 par l'administration Bush.
Pourtant, depuis, l'antenne en anglais du groupe a reçu le prestigieux prix
Peabody Award
en 2011 pour sa couverture mesurée et objective du printemps arabe.

Recrutement de stars de l'info

Pour se détacher de
cette image, la chaîne compte sur ceux qui vont l'incarner. Elle a sorti le
carnet de chèques pour s'offrir des stars du journalisme télé américain qu'elles
viennent de CNN, d'ABC ou de CBS. Pour l'un d'entre eux, Joie Chen, c'est
"la qualité du travail accompli " qui a été le déclencheur de son
recrutement : "Nous voulons raconter les histoires qui ne sont pas
suffisamment couvertes, nous voulons parler aux communautés qui ne sont pas
assez suivies
".

"Nous savons que les Américains veulent une couverture
en profondeur des sujets d'actualité qui comptent pour eux
, explique Ehab Al
Shihabi, le directeur général par intérim d'Al-Jazeera America. Ils veulent
plus de reportages impartiaux et moins de prises de position, c'est exactement
ce que fait Al-Jazeera
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.