Affaire Morandini : les acteurs des "Faucons" sont "soulagés que ça sorte enfin"

Après les révélations des "Inrocks", deux comédiens racontent à francetv info les étranges conditions du recrutement et du tournage du projet conduit par une société de production dirigée par Jean-Marc Morandini.

L\'animateur d\'Europe 1 Jean-Marc Morandini, invité sur LCI, en juin 2015.
L'animateur d'Europe 1 Jean-Marc Morandini, invité sur LCI, en juin 2015. (IBO / SIPA)

Les révélations des Inrocks autour des castings de la websérie Les Faucons ont provoqué de nombreux remous dans le monde médiatique, mardi 12 juillet. La mise en cause concerne la société NZPP (pour Ne Zappez pas Prod), dirigée par l'animateur Jean-Marc Morandini, accusée par des acteurs, tous âgés d'une vingtaine d'années, d'avoir eu recours à des méthodes douteuses pour obtenir des photos et des vidéos des comédiens nus et en pleine action sexuelle. Des accusations graves qui ont poussé le présentateur d'Europe 1, attendu sur i-Télé à la rentrée, à annoncer le dépôt d'une plainte pour diffamation.

Francetv info a contacté deux des jeunes comédiens qui ont participé à cette série qui ne comporte pour l'heure que trois épisodes disponibles en ligne, contre paiement. Fred* s'est reconnu dans les témoignages relayés par Les Inrocks "Moi, au départ, j'avais compris que ce serait une série un peu décalée, un peu humoristique, avec pour fond le football,  où il y aurait potentiellement de brèves scènes de nu. Je ne m'attendais pas à ce que ces scènes, et le sexe en général, occupent une place centrale dans la série." Quentin, lui, est cité dans l'enquête de l'hebdomadaire. "Je suis soulagé et heureux que ça sorte enfin" dit-il.

Une directrice de casting "pas du tout pro"

Les deux comédiens confirment les méthodes étranges avec lesquelles ils ont été recrutés, à savoir des échanges de mails étranges avec une certaine "Catherine Leclerc" : "J'ai assez vite vu que c'était très bizarre, voire glauque, explique Fred. Elle m'a demandé des photos et des vidéos de moi nu, me demandant si j'étais prêt à me filmer en train de me masturber, ce que j'ai toujours refusé."

Outre le côté "glauque" des échanges, l'acteur se dit surtout que cette directrice de casting "n'est pas du tout pro" : "J'ai tourné dans une série télé historique, de la figuration pour une scène d'orgie. On ne m'a pas demandé de photos de moi nu, juste un CV et quelques clichés classiques. Avec ma copine, ça nous a pas mal décontenancés. Et puis quand je répondais que j'allais envoyer une vidéo, pour laquelle je voulais prendre le temps de me filmer, je recevais des mails très impatients, du type 'J'attends votre vidéo', ou 'Allô ? Y'a quelqu'un'?'"

Quentin Surel, comédien de 26 ans, plus expérimenté, refuse lui aussi de se filmer en nu intégral, et accepte encore moins de se masturber devant l'objectif. Il envoie une vidéo cadrée au dessus de la ceinture. Par la suite, sur proposition de "Catherine Leclerc", il affirme avoir été reçu directement par le producteur, Jean-Marc Morandini, dans les locaux de Lagardère, le groupe propriétaire d'Europe 1.

Là il m'a dit : 'C'est bizarre, vous êtes le seul à ne pas avoir envoyé de vidéo de vous en nu intégral. Ça vous dérange ?'. J'ai répondu de suite : 'Si c'est pour ce genre de chose, ça ne le fera pas avec moi'. Il m'a dit : 'Non, non, mais c'est pas grave !'Quentin, acteur dans "Les Faucons"à francetv info

Objectif, "gonfler son CV"

Malgré une certaine gêne, les deux jeunes hommes décrochent un rôle dans la web-série. Ils y voient une opportunité pour enrichir leur carrière de comédien débutant. "Le monde du cinéma, c'est une jungle. Alors quand comme moi, on habite en province, obtenir un rôle pour un tournage à Paris, ça peut aider à gonfler son CV." Fred est d'autant plus confiant que le jeune réalisateur chargé du projet jouit d'une cote élevée dans le milieu.

"Le premier épisode était très bien écrit", expose Quentin. "En plus, on n'a pas candidaté, ce sont eux qui sont venus nous chercher sur un site de casting. On se sent flatté. Et puis quand on a su que Morandini était le producteur, on s'est dit qu'avec un grand nom comme ça, ça tenait la route." C'est aussi ce qui les a poussés à accepter de jouer bénévolement, avec la promesse de potentiels revenus à venir en cas de succès de la web-série.  Rapidement, les jeunes hommes déchantent.

Dès le deuxième épisode, avec les autres acteurs, on a commencé à se poser beaucoup de questions. On trouvait que le sexe et les scènes de nus étaient beaucoup trop présents. Vouloir mettre ça en priorité, c'était très bizarre, c'était fait totalement au détriment de la réalisation.Fred, acteur dans "Les Faucons"à francetv info

Pendant le tournage, le scénario change étrangement, selon Quentin. "Après le premier épisode, on me dit que je serai le personnage central du deuxième, mais le scénario était inadmissible : je devais jouer une scène de nu, en érection, au réveil. La comédienne qui jouait ma copine devait me dire 'Tu peux pas aller à l'entraînement comme ça', avant de s'approcher de moi, sur un fondu au noir. Je suis marié, c'était hors de question."

Un comédien refuse lui aussi une scène de masturbation, un autre une scène de sexe avec une fille, sans string couleur chair, comme c'est le cas sur les tournages classiques. "Le réalisateur était impuissant face à ça", explique Quentin. "Il était très mal à l'aise et nous laissait entendre qu'on lui avait imposé des changements. Alors il nous a dit que si on avait un problème avec les scènes, il fallait voir directement avec Morandini. Celui qui a refusé la scène de sexe a été renvoyé."

Des suites judiciaires ?

Pour les acteurs, l'expérience reste douloureuse. Fred évoque un "simple accident de parcours" et refuse de penser qu'il a été "manipulé" : "On savait ce qui se jouait, on est tous grands et on a su dire non aux choses qui paraissaient inacceptables." Il tempère également le rôle joué par Jean-Marc Morandini. "Je ne l'ai vu qu'une seule fois, le premier jour du tournage du premier épisode. Il est venu avec des pizzas et m'a paru très sympa." 

Fred confirme en revanche que certains comédiens se posaient des questions sur l'identité réelle de la directrice de casting, "Catherine Leclerc", qu'ils n'ont jamais vue, et derrière qui se cacherait en réalité plusieurs membres de la boîte de production, selon les Inrocks.

Quentin Surel, lui, est plus remonté contre la production. "Moi, je m'en tire bien, j'ai su me protéger, mais j'ai de la peine pour Gabriel [l'autre comédien cité par Les Inrockuptibles], parce qu'avant cet article, je n'étais pas au courant de ce qu'il a vécu, la relation ambiguë avec 'Catherine', les demandes douteuses autour de la fellation…" Selon leur avocat cité par M6, deux autres comédiens envisagent d'attaquer Jean-Marc Morandini pour "usurpation d'identité".

Quentin hésite à porter la chose devant la justice, estimant avoir été victime d'"abus de confiance" et de "travail dissimulé". "On y réfléchit avec d'autres comédiens des Faucons, mais Morandini a plus de moyens que nous pour se défendre. Aujourd'hui, je n'en veux pas personnellement à Jean-Marc Morandini, mais ce que je souhaite, c'est faire en sorte que des personnages comme ça n'organise plus de casting, et que de jeunes comédiens ne foncent pas dans ce genre de pièges, juste parce que, derrière, il y a un nom connu."

* Ce prénom a été modifié à la demande de la personne concernée.