Cet article date de plus de neuf ans.

Medef : la réforme des statuts rejetée, Parisot ne peut pas se représenter

Le conseil exécutif du Medef a refusé jeudi de modifier ses statuts, a annoncé Charles Beigbeder, membre de cette instance. La modification devait permettre à Laurence Parisot de briguer un troisième mandat à la tête de l'organisation patronale.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

Laurence Parisot ne pourra pas faire un 3ème mandat à la tête du Medef. Le conseil exécutif de l'organisation patronale a rejeté jeudi dans un vote très serré la réforme des statuts qui aurait permis à Laurence Parisot de se représenter.

Le secrétaire général Hubert de l'Estoile a annoncé des résultats très serrés : 22 voix pour, 22 contre et un bulletin blanc. Faute de majorité, l'assemblée générale du Medef ne pourra donc pas être convoquée pour valider cette réforme des statuts.

"Elle s'y préparait" (Charles Beigbeder)

Plusieurs proches de Laurence Parisot lui avaient récemment retiré leur soutien, et plusieurs fédérations du Medef avaient manifesté leur opposition à une prolongation de sa mission.

Laurence Parisot va donc, comme prévu, quitter son poste à la tête de l'organisation au début de l'été. "Je pense qu'elle s'y préparait" , explique Charles Beigbeder, l'un des soutiens de Laurence Parisot qui s'était pourtant prononcé contre cette réforme. 

"On va maintenant avoir une période électorale avec des candidats qui vont présenter leurs projets et un nouveau président ou une nouvelle présidente en juillet" , détaille Charles Beigbeder. 

Laurence Parisot reconnait sa défaite

Après le vote, Laurence Parisot a reconnu sa défaite avec quelques regrets. "Cette réforme
aurait marqué un progrès de démocratie interne, cette réforme aurait permis de
mettre un terme définitif à des logiques de cooptation ou de renouvellement
empêchés, négociés dans le secret ou sous les pressions"
, a déclaré Laurence
Parisot.

La, toujours, présidente du Medef a par ailleurs expliqué qu'elle se porterait "garante de la bonne
tenue de la campagne"
s'engageant  "dans
les mois qui viennent"
à exercer ses fonctions "avec la même énergie,
avec la même détermination, avec le même enthousiasme"
que ceux qu'elle a
eus "depuis la première seconde" où elle a été élue présidente du
Medef. 

La semaine dernière, la plus importante fédération du Medef – l'UIMM – avait déjà rejeté cette proposition à l'unanimité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.