M.Sarkozy a chargé François Roussely de conduire "une étude approfondie sur l'avenir de l'énergie nucléaire civile"

But: "Envisager l'évolution du nucléaire civil à l'horizon 2030 dans l'ensemble de ses dimensions", "déboucher sur des orientations concrètes échelonnées dans le temps et (...) souligner et éclairer les décisions que devra prendre l'Etat vis-à-vis de la filière nucléaire".L'ancien patron d'EDF est actuellement vice-président du Crédit suisse.

François Roussely
François Roussely (AFP/THOMAS COEX)

But: "Envisager l'évolution du nucléaire civil à l'horizon 2030 dans l'ensemble de ses dimensions", "déboucher sur des orientations concrètes échelonnées dans le temps et (...) souligner et éclairer les décisions que devra prendre l'Etat vis-à-vis de la filière nucléaire".

L'ancien patron d'EDF est actuellement vice-président du Crédit suisse.

L'Elysée a confirmé jeudi l'information du quotidien Les Echos.

Thèmes de réflexion: "la place du nucléaire" dans la politique énergétique, "la sécurité et la pérennité de nos approvisionnements en uranium" ou la "compétitivité du nucléaire".

En matière industrielle, Nicolas Sarkozy demande à François Roussely de plancher sur "l'organisation industrielle et la place de l'Etat" dans la filière, de livrer une "analyse concurrentielle" du secteur et de définir une "stratégie politique et industrielle en matière d'alliances et de partenariats", selon son courrier.

Le chef de l'Etat a chargé l'ex-patron d'EDF de 1998 à 2004 de constituer autour de lui un "groupe de travail restreint composé d'experts de haut niveau" et de lui remettre les résultats de son étude "à la fin du mois d'avril 2010". Selon Les Echos, une première réunion s'est tenue mardi sous l'égide du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, en présence de François Roussely, du nouveau PDG d'EDF Henri Proglio, et des patrons d'Areva Anne Lauvergeon et de GDF Suez Gérard Mestrallet.

Cette mission intervient après les récentes déclarations d'Henri Proglio, qui a souhaité que l'ensemble de la filière nucléaire se range "derrière EDF" et jugé que la fusion entre Framatome et Cogema, qui a donné naissance au groupe nucléaire Areva en 2001, était "probablement une erreur". Après un recadrage de l'Etat, actionnaire majoritaire d'EDF et d'Areva, M.Proglio était revenu sur ces propos dans un entretien au Figaro.

Le Premier ministre François Fillon avait rappelé que "le leader" de la filière nucléaire était "l'Etat", lors d'une visite sur le chantier du réacteur nucléaire de Flamanville, dans la Manche, jeudi dernier. EDF et Areva se disputent depuis plusieurs années le leadership de la filière nucléaire française.