Compteur Linky : un habitant de l'Hérault, qui refuse son installation, est privé d'électricité depuis un an

Cet habitant de l'agglomération de Béziers avait installé à la place un groupe électrogène. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des compteurs Linky dans une cage d'escalier.  (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

Depuis un an, Nicolas, un habitant de Lignan-sur-Orb, dans l’agglomération de Béziers (Hérault), est privé d'électricité pour avoir refusé l'installation d'un compteur Linky dans sa maison, rapporte France Bleu Hérault lundi 26 octobre. Enedis s'est engagé récemment à lui trouver une solution très rapide.

Jusqu'en septembre 2019, ce père de famille de deux enfants de trois et sept ans, qui ne vivent pas avec lui, était équipé d’un compteur de chantier pour lui permettre de terminer les travaux sa maison de 120 m². Cette solution provisoire est arrivée à échéance et malgré des factures d’électricité payées, Enedis lui a enlevé l’équipement sans le prévenir, affirme Nicolas. Enedis assure avoir reconduit à deux reprises le contrat, d'un an à chaque fois, de ce compteur provisoire, permettant ainsi de profiter de cet équipement. 

Un groupe électrogène pour avoir de l'électricité 

Actuellement, il fait 19 degrés dans la maison. Si c'est encore "supportable" cela ne va pas durer avec l'arrivée de l'hiver. Depuis un an, il se débrouille et utilise un groupe électrogène. Pour éviter de faire trop de bruit avec, il va dans sa famille ou chez des amis. Nicolas a reçu le soutien d'un collectif anti Linky sur Facebook qui regroupe plus de 2 500 abonnés. 

Le refus des compteurs Linky est "rare" selon Enedis. En France, 25 millions de compteurs Linky ont été installé. Enedis (ex-ERDF) prévoit de remplacer 90% des 35 millions de compteurs électriques d’ici 2021 pour des compteurs électriques Linky. Le gestionnaire d’électricité applique une obligation légale prévue dans le code de l’énergie. Plus moderne, le boîtier vert doit permettre de relever la consommation d’électricité à distance pour ensuite facturer l’usager au "réel" et non à partir d’une estimation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.