Les Bourses européennes ont ouvert en hausse mercredi, au lendemain d'une nouvelle chute

La journée de mardi avait été agitée sur les marchés, les bourses européennes finissant en recul. L'euro était aussi en baisse.Wall Street s'est redressée en fin de séance, limitant ses pertes à 0,23% pour le Dow Jones et 0,12% pour le Nasdaq, et Tokyo a fini en hausse mercredi.

La Bourse de Francfort
La Bourse de Francfort (AFP PHOTO DDP/MARTIN OESER)

La journée de mardi avait été agitée sur les marchés, les bourses européennes finissant en recul. L'euro était aussi en baisse.

Wall Street s'est redressée en fin de séance, limitant ses pertes à 0,23% pour le Dow Jones et 0,12% pour le Nasdaq, et Tokyo a fini en hausse mercredi.

La Bourse de Paris a terminé mardi en nette baisse, de 2,90% à 3.331,29 points, secouée par un regain d'inquiétudes sur l'endettement des pays européens et par les risques que posent les plans d'austérité décidés dans plusieurs pays d'Europe.

En baisse aussi l'euro qui s'échangeait à moins de 1,22 dollar.

Toutes les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi
L'indice Dax des trente valeurs vedettes de la Bourse de Francfort a terminé en baisse de 2,34% à 5.670,04 points. La Bourse de Londres a chuté à l'unisson des places européennes et de Wall Street, l'indice Footsie-100 des principales valeurs dégringolant de128,93 points, soit 2,54% par rapport à la clôture de lundi, à 4.940,68 points. L'indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a clôturé sur une forte baisse de 3,40% à 18.382 points. A Madrid, l'Ibex-35 termine en forte baisse de 3,05%.

Les craintes se multiplient
Plusieurs causes à cette nouvelle journée sombre sur les marchés : les inquiétudes sur le système financier européen, les inquiétudes pour la reprise avec la multiplication des plans de rigueur et à l'autre bout du monde les bruits de bottes du côté de la frontière entre les deux Corées.

Sur le front de la zone euro, les craintes de voir la crise grecque se répéter dans d'autres pays sont revenues sur le devant de la scène pendant le week-end lorsque la banque centrale espagnole a dû procéder au sauvetage de Cajasur, une caisse d'épargne du sud du pays. Lundi, quatre autres caisses du pays ont annoncé lundi la signature d'un "protocole d'intentions" pour fusionner: la Caja Mediterráneo (CAM), la Asturiana Cajastur, Caja Cantabria et Caja Extremadura.

"Cette précipitation à fusionner rappelle des mauvais souvenirs : la période de consolidation frénétique aux Etats-Unis dans le secteur financier américain qui avait mené à la faillite Lehman Brothers", a relevé Patrick O'Hare, du site financier Briefing.com.

Le marché obligataire, refuge de l'investisseur inquiet, montait nettement. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait en revanche à 3,124% contre 3,227% lundi soir et celui du bon à 30 ans à 4,015% contre 4,104% la veille. Une baisse encore plus sensible pour les bunds allemands.

Dans ce contexte, ce sont une nouvelle fois les valeurs cycliques et financières qui sont les plus malmenées. En France, Crédit Agricole (-8%), Sté Générale et Renault (-7%) ou Technip et Vallourec (-6,5%) subissent les plus forts reculs. AXA, Michelin et Cap Gemini chutent également de -5,6%... et Suez Environnement affiche la perte la plus légère avec -0,8%.