Cet article date de plus de cinq ans.

Les banques s'engagent à plafonner à 200 euros par an les frais d'incident pour les clients les plus fragiles

Les banques françaises ont aussi promis de promouvoir davantage l'offre bancaire "spécifique", réservée aux clients en difficulté financière.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le secteur bancaire français s'est engagé, le 3 septembre 2018, à plafonner à 200 euros par an les frais d'incident pour les publics fragiles. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé, lundi 3 septembre, un accord avec le secteur bancaire français, qui s'est engagé à plafonner à 200 euros par an les frais d'incident pour les publics fragiles. En outre, les banques françaises ont aussi promis de promouvoir davantage l'offre bancaire "spécifique", réservée aux clients en difficulté financière, dont le nombre de bénéficiaires doit progresser de 30% en 2019, a aussi annoncé le ministre à l'issue d'une rencontre avec la Fédération bancaire française (FBF).

Créée en 2014 sous l'impulsion du législateur, "l'offre spécifique" doit être proposée par toutes les banques aux personnes en situation de fragilité financière. Elle prévoit un ensemble de services bancaires de base (tenue de compte bancaire, carte de paiement et de retrait, possibilité d'effectuer des virements et des prélèvements) au coût modéré de 3 euros maximum par mois.

Des engagements "vérifiés"

Mais quatre ans après son lancement, cette offre ne profite en fin de compte qu'à 375 000 clients bancaires fragiles, soit à peine plus de 10% des personnes éligibles. "C'est trop peu", avait jugé dimanche Bruno Le Maire dans un entretien sur BFMTV. 

Les engagements des banques françaises seront "vérifiés" (...) et "si jamais nous ne devions pas parvenir aux résultats que j'ai indiqués, nous en tirerions les conséquences législatives", a toutefois mis en garde le ministre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.