Le ministre britannique du Commerce estime que la nouvelle politique de quotas d'immigrés fait du tort à l'emploi

Le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre David Cameron, qui allie conservateurs et libéraux-démocrates, a instauré en juin un quota provisoire pour les immigrés non originaires de l'Union européenne.Le ministre du Commerce Vince Cable estime dans le Financial Times que cette politique est néfaste pour l'emploi en Grande-Bretagne.

Vince Cable, ministre britannique du Commerce et des Entreprises.
Vince Cable, ministre britannique du Commerce et des Entreprises. (AFP - Carl De Souza)

Le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre David Cameron, qui allie conservateurs et libéraux-démocrates, a instauré en juin un quota provisoire pour les immigrés non originaires de l'Union européenne.

Le ministre du Commerce Vince Cable estime dans le Financial Times que cette politique est néfaste pour l'emploi en Grande-Bretagne.

Ce ministre libéral-démocrate affirme vendredi dans le quotidien économique que cette politique de plafonnement des travailleurs étrangers "cause beaucoup de tort aux sociétés britanniques", en les empêchant de recruter des salariés à des postes clés.

Il a assuré avoir eu vent de nombreux cas d'entreprises forcées de revoir à la baisse leurs investissements ou de délocaliser une partie de leur activité à l'étranger, faute de pouvoir recruter qui bon leur semble, notamment dans des secteurs clés comme la finance, la pharmacie ou l'industrie. Il a appelé dans la foulée le gouvernement à assouplir sa politique.

Ces critiques sont susceptibles d'alimenter les tensions sous-jacentes au sein de la coalition gouvernementale, qui pourraient apparaître au grand jour lors des congrès des partis conservateur et libéral-démocrate programmés ces prochaines semaines.

Selon le Financial Times, les propos de Cable illustrent les divisions au sein de la coalition gouvernementale sur la question de l'immigration. Les Tories défendent des quotas stricts vis-à-vis de l'immigration non-européenne, contrairement aux Libéraux Démocrates qui demandent une régularisation massive.