Cet article date de plus de six ans.

La vente des navires de MyFerryLink ne se fera pas avec 100% du personnel

Eurotunnel veut vendre à un groupe danois deux de ses trois bateaux exploités par MyFerryLink entre Calais et Douvres. Si la cession se fait, l'exploitant du Tunnel sous la Manche prévient que tout le personnel ne sera pas repris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Eurotunnel négocie la vente de deux de ses trois bateaux exploités par MyFerryLink à un groupe Danois © MaxPPP)

Eurotunnel a annoncé dimanche son intention de vendre au groupe danois DFDS les deux tiers de sa flotte faisant les liaisons entre la France et l’Angleterre. Ces ferries sont exploités par la société MyFerryLink, issue de la Scop SeaFrance. Des salariés pourraient pâtir de cette cession,  a annoncé lundi la direction d’Eurotunnel.

A LIRE AUSSI   ►►►Eurotunnel ne va pas renouveler son contrat avec MyFerryLink (officiel)

Un plan de cession en cours

MyferryLink emploie quelque 600 salariés. Tous ne seront pas repris, si la cession de deux des trois navires au danois DFDS est signée. C’est que qu’a prédit lundi le PDG d’Eurotunnel, Jacques Gounon, sans pour autant chiffrer les conséquences sociales.

"Ça sera un plan de cession avec une reprise, je l'espère maximale, des effectifs mais qui ne sera pas égale évidemment à 100% des effectifs concernés, je crois que tout le monde l'a compris depuis longtemps."

"S’il y a cession, ça ne peut pas être pour la totalité des personnels" : Jacques Gounon, PDG d’Eurotunnel
écouter

Pourtant, lundi dans la matinée, la direction de Scop SeaFrance avait affirmé l’inverse, en indiquant que tout le personnel serait gardé. Aucune nouvelle réaction de la Scop n'est intervenue depuis la mise au point d'Eurotunnel, ce qui s'explique par un décès brutal. Le président du conseil de surveillance de la Scop SeaFrance, Didier Cappelle, est décédé ce matin d'une crise cardiaque à l'âge de 63 ans. 

Un feuilleton judiciaire 

En 2012, Eurotunnel avait acheté les bateaux de l’ex-SeaFrance. Ils étaient loués à la Scop montée par d’anciens marins de la compagnie. Mais les autorités britanniques n’ont pas apprécié de voir l'exploitant du Tunnel sous la Manche s’étaler aussi sur le port de Douvres. L’interdiction pour la société maritime de desservir Douvres depuis Calais a finalement été suspendue, mais Eurotunnel a compris les leçons les limites de l’extension commerciale. Fin mai, la société n’a pas renouvelé son contrat avec la Scop. Si Eurotunnel garde un navire, ce sera uniquement pour faire du transport de marchandises. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.