La Tour Eiffel change de fournisseur d'électricité

La dame de fer quitte son fournisseur allemand EON au profit de l'entreprise GEG, Gaz-Electricité de Grenoble. Un contrat de deux ans pour environ 500.000 euros par an.

(La dame de fer quitte son fournisseur allemand EON au profit de l'entreprise GEG © Maxppp)

Le fournisseur d'électricité du symbole de la capitale sera dorénavant français. La Tour Eiffel quitte son fournisseur allemand d'électricité EON, pour Gaz-Electricité de Grenoble. GEG n'en est pas à son coup d'essai, puisque l'entreprise grenobloise est déjà le fournisseur de l'opéra Garnier à Paris.

Mais pour la Tour Eiffel, ce n'est pas vraiment le contenu du contrat qui compte : "GEG a des contrats par la taille plus importants, mais c'est un contrat très important pour nous car évidemment il y a un symbole très fort " explique Olivier Salah, directeur général de GEG. Ce contrat pour la Tour Eiffel correspond à un peu moins de 7 GW, soit environ mille foyers. Il court sur deux ans pour environ 500.000 euros par an.

Bientôt des éoliennes sur la Tour Eiffel 

Et la réciproque de la symbolique est vraie : en optant pour GEG, la société d'exploitation de la Tour Eiffel a choisi une entreprise française, mais aussi capable de lui assurer une énergie plus "propre" et même 100% renouvelable à partir de janvier 2015. Il faut dire que depuis plusieurs années la société d'exploitation du monument de Paris multiplie les efforts environnementaux.

En 2007, lors de la troisième rénovation de la structure, une partie des ampoules avait été remplacée par des LEDs moins gourmandes en énergie et quatre panneaux solaires thermiques avaient été installés au premier étage. En 2015 deux éoliennes viendront les rejoindre, cette fois-ci au second étage de la tour. Mais pas de panique pour les touristes, elles ne devraient rien cacher du panorama.