Cet article date de plus de treize ans.

La production de voitures en panne

Exemple: Toyota a produit 442.621 voitures en mai, un chiffre qui marque un recul de 38,8% par rapport à 2008
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Suzuki Splach. Seul Suzuki ne recule pas trop grâce à ses petits modèles pour pays émergents (© © Suzuki)
Exemple: Toyota a produit 442.621 voitures en mai, un chiffre qui marque un recul de 38,8% par rapport à 2008Exemple: Toyota a produit 442.621 voitures en mai, un chiffre qui marque un recul de 38,8% par rapport à 2008 Toutes marques du groupe Toyota Motor comprises (Toyota, Lexus, Hino, Daihatsu), la production du numéro un mondial du secteur a chuté de 37,9% en mai sur un an.

Même ampleur pour Honda, numéro deux du secteur, qui a fabriqué 195.085 voitures en mai, soit 38,4% de moins qu'un an plus tôt.Comme depuis plusieurs mois, la sévérité des chiffres est encore vraie chez Nissan, le troisième constructeur japonais. Sa production mondiale a été en mai inférieure de 27% à celle du même mois de 2008, avec 201.340 véhicules sortis des chaînes (-36,3% au Japon, -21,7% ailleurs).

Les statistiques également publiées jeudi par Mitsubishi Motors et Fuji Heavy Industries (véhicules de marque Subaru) sont du même acabit. Mitsubishi Motors a assemblé 44.902 véhicules dans le monde en mai, soit 54,6% de moins que durant le même laps de temps de 2008. Fuji Heavy Industries en a pour sa part produit 30.011, soit 41,1% de moins qu'en mai 2008.

Seul Suzuki parvient à maintenir un niveau de production relativement important. Il a fabriqué 194.077 voitures en mai, soit seulement 13,8% de moins qu'un an plus tôt. Sa production à l'étranger a même augmenté en mai sur un an, pour la première fois en dix mois. Suzuki, spécialiste des mini-véhicules, est très présent sur les marchés des pays émergents (notamment en Inde) où ses automobiles sont appréciées et encore peu concurrencées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.