Cet article date de plus de cinq ans.

La France revendra ses Mistral sans difficulté, assure Hollande

La France n'aura aucune difficulté à vendre les deux navires Mistral qu'elle conserve en vertu d'un accord passé avec la Russie après avoir renoncé à les lui livrer, a déclaré jeudi François Hollande lors de son déplacement en Egypte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande était en Egypte pour l'inauguration de l'extension du canal de Suez © Maxppp)

La question des navires Mistral s'est invitée à l'inauguration du Canal de Suez ce jeudi en Egypte, alors que la France et la Russie sont parvenues à un accord pour mettre un terme au contrat de vente des deux navires. François Hollande a assuré que la France rembourserait "moins de 1,2 milliard " d'euros - le montant du contrat initial - à Moscou après la non-livraison des deux bâtiments de projection et de commandement et n'aurait pas de pénalité à verser à Moscou.

Et maintenant, que faire de ces deux porte-hélicoptères ? "Ces bateaux suscitent une certaine demande ", a assuré François Hollande face à la presse lors de son déplacement en Egypte. "Il n'y aura aucune difficulté pour la France à trouver preneur de ces bateaux, sans qu'il y ait pour la France de coût supplémentaire ", a-t-il ajouté.

"C'est un bon accord"

"C'est un bon accord qui a été trouvé parce que seront remboursées aux Russes les sommes qui avaient été versées et les frais qui avaient été occasionnés, il n'y aura aucune pénalité ", a encore indiqué François Hollande.

Navires Mistral : la France conserve les deux bateaux et rembourse Moscou, François Hollande se félicite de cette solution
écouter

Le Parlement français sera saisi en septembre d'un projet de loi pour ratifier l'accord passé entre les deux gouvernements français et russe "et toutes les données seront fournies à la représentation nationale " quant aux sommes exactes en jeu, a aussi expliqué le président. Conclue en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la vente à la Russie du Vladivostok et du Sébastopol avait été suspendue sine die en novembre sur décision de François Hollande en raison du rôle de Moscou dans le conflit ukrainien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.