La France a été le pays "le plus attractif du continent" en 2019 et 2020, "elle est dans la course" pour 2021

"C'est le signe que, malgré les difficultés actuelles, la France fait partie de cette concurrence très forte avec les autres pays européens et mondiaux", affirme sur franceinfo Marc Lhermitte, associé du cabinet de conseil EY et auteur du baromètre annuel de l'attractivité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le quartier de La Défense, près de Paris, le 16 septembre 2021. (THOMAS SAMSON / AFP)

La France a été le pays "le plus attractif du continent" européen en 2019 et 2020, "elle est dans la course" pour 2021, estime sur franceinfo Marc Lhermitte, associé du cabinet de conseil EY, auteur du baromètre annuel de l'attractivité qui fait le point sur les investissements étrangers en France et en Europe. Le gouvernement vient d'annoncer 21 nouveaux investissements étrangers en France, pour un total de 4 milliards d'euros, dans le cadre du programme d'attractivité Choose France.

franceinfo : la France est-elle le pays le plus attractif du continent ?

Marc Lhermitte : Oui, elle l'a été en 2019 et 2020. Elle a pris de haute lutte cette 1e place, tant convoitée, devant le Royaume-Uni et l'Allemagne. Nous verrons pour 2021, mais nous savons que la France est dans la course avec ces investissements très importants annoncés aujourd'hui. C'est le signe que, malgré les difficultés actuelles, la France fait partie de cette concurrence très forte avec les autres pays européens et mondiaux.

Qu'est-ce qui attire en France ?

C'est d'abord la taille du marché français : nous sommes la deuxième économie européenne et nous avons un marché qui rayonne au delà de nos frontières, sur l'Europe du Sud, sur l'Afrique. C'est aussi les compétences très variées qui sont sur notre sol : des compétences humaines mais aussi sectorielles, technologiques, qui sont saluées par tous les investisseurs étrangers. Dans le luxe, l'agroalimentaire, la santé, tout ce qui est grande consommation, la France a des entreprises qui font référence au plan mondial. Donc des entreprises japonaises, américaines, allemandes viennent travailler dans ces chaînes de sous-traitance. Et puis il y a aussi le fait de travailler sur la transformation verte.

Est-ce qu'investissement égal emploi ?

Probablement oui. Sur les cinq dernières années, il y a eu un peu moins de 150 000 emplois apportés ou maintenus par ces investissements étrangers, qui ont eu beaucoup de raisons de se poser des questions : à cause de la crise et du climat social est parfois un peu vif. Cet investissement étranger apporte peut-être un petit peu moins d'emplois que dans d'autres pays à bas coût, à l'est de l'Europe. C'est probablement l'une des améliorations à envisager sur les années à venir.

Est-ce que ces investissements privent parfois de marchés certaines entreprises françaises ?

Nous pensons que c'est au contraire une manière d'accompagner les ETI (entreprises de taille intermédiaire) et les PME (petite ou moyenne entreprise) françaises vers des marchés internationaux. Si ces entreprises de petite taille sont capable de vendre à Bosch, à Siemens, à BASF et à d'autres leurs produits ou leurs services, elles vont ensuite avec ces entreprises sur les marchés mondiaux et c'est donc probablement plus une chance qu'un désavantage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.