Cet article date de plus de neuf ans.

La Cour des comptes s’interroge sur le blocage du port de Marseille

Le Figaro s’est procuré une version de ce rapport provisoire de la Cour des comptes. Selon le quotidien, les magistrats accablent la CGT et la direction du port. Inégalités salariales entre salariés, "blocage social", seraient responsables des mauvais résultats du port marseillais.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

"Productivité insuffisante", "bakchichs", "maquis des primes", "absentéisme" : la version préparatoire du rapport de la Cour des comptes que le Figaro a entre les mains n’est pas un cadeau pour le port de Marseille. Le quotidien, citations des magistrats à l’appui, souligne que si l’activité croisières tient la tête hors de l’eau, le "conflit social" récurent minerait les résultats du port. La dernière grève dans les ports français dure depuis trois semaines.

La dernière réunion mardi entre patronat et CGT à Marseille, dont l’objectif était de renouer le dialogue et de mettre fin à la grève dans les ports au sujet de la pénibilité… n’a pas abouti. Les armateurs de leur côté commencent à donner de la voix. Si le coût n'a pas encore été chiffré, certains armateurs connaissent de gros trous d'activité. "On est très touchés parce qu'on est en train de perdre un travail de plusieurs années pour faire venir à Marseille des marchandises qui viennent du nord de l'Europe", regrette Raymond Vidil, le président de la compagnie maritime Marfret.

La direction du port de Marseille de son côté ne communique pour l’instant que sur son activité 2010. Le trafic total de marchandises en 2010 a légèrement progressé de 3% par rapport à 2009 au port de Marseille, "malgré les mouvements sociaux" liés à la réforme portuaire et à la réforme nationale des retraites, a annoncé lundi la direction du premier port français.

Caroline Caldier, avec agences

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.