Cet article date de plus de sept ans.

L'association des producteurs de blé craint une baisse de 20% de la production

Le ministère de l'Agriculture a estimé que la production de blé était en baisse de 10% cette année. Mais entre les conditions météorologiques défavorables et la multiplication des insectes ravageurs, Philippe Pintat, président de l'association générale des producteurs de blé, craint que ce chiffre soit plus élevé.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (La production de blé enregistre une baisse de 10% selon le ministère de l'Agriculture © Reuters/Pascal Rossignol)

La production de blé enregistre une baisse de 10% cette année, selon les prévisions du ministère de l'Agriculture. Des chiffres qui seront "bien pire que ça , s'inquiète Philippe Pintat, président de l'association générale des producteurs de blé et autres céréales. Je crains que l'on soit plus près d'une baisse de 20%. C'est du rarement vu de mémoire d'agriculteur."

Cette baisse est le résultat d'une météo fluctuante. "Dans certaines régions, les blés étaient inondés ", ce qui a favorisé les maladies et "il a fallu traiter plusieurs fois les blés, comme d'autres cultures. On a de plus en plus de problèmes d'insectes parce qu'on a de moins en moins de produits qui nous permettent de combattre les ravageurs. Cela devient un énorme souci" , renchérit Philippe Pintat.

Le président de l'association générale des producteurs de blé et autres céréales a par ailleurs dénoncé le problème des prix : "Nous allons être, pour certains, en quatrième année de revenus négatifs. Depuis 2013, on a entre 40 et 50% [des agriculteurs], probablement beaucoup plus cette année, qui sont en revenus négatifs. "

Les agriculteurs ont rendez-vous dans quelques jours avec Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture.

Production de blé : "Je crains que l'on soit sur une baisse de 20%, c'est du rarement vu" - Le président de l'association générale des producteurs de blé et autres céréales
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.