Inflation : dans les Yvelines, des cours de cuisine pour des repas "équilibrés" et bon marché

Face au prix des fruits et légumes qui ne cessent d'augmenter, l'association Bon et rebond, dispense des ateliers pour cuisiner des légumes sans se ruiner. Les élèves sont notamment des bénéficiaires du RSA.

Article rédigé par
Willy Moreau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lasagnes aux courgettes au menu de l'atelier de cuisine dispensé par l'association Bon et rebond à Rambouillet (Yvelines), jeudi 29 septembre 2022. (WILLY MOREAU / RADIO FRANCE)

Tandis qu'un groupe pèle et découpe des pommes pour le dessert, Myriam elle, s'affaire derrière son robot de cuisine. "Là, on est en train de raper les courgettes", explique cette mère de famille coiffée d'une charlotte et vêtue d'un tablier de cuisine. Myriam participe à un atelier de l'association Bon et rebond à Rambouillet (Yvelines), jeudi 29 septembre. L'objectif est d'apprendre à réaliser des plats savoureux et bon marché, comme les lasagnes aux courgettes au menu ce midi-là.

>> Faut-il être riche pour bien manger ? Le débat du Talk franceinfo

Même si l'inflation a légèrement ralenti sur un an selon les derniers chiffres publiés par l'Insee ce vendredi, pour atteinre les 5,6%, les prix de l'alimentation, eux, continuent d'augmenter. Myriam est contrainte de rogner sur la qualité : "C'est vrai que ce n'est pas évident parce que c'est cher, les légumes dans les grandes surfaces. Les aubergines par exemple. Le kilo, on va le trouver à près de 5 euros."

"Ils nous disent : mangez cinq légumes et fruits par jour. Mais le problème, c'est que c'est cher si on veut manger équilibré".

Myriam, élève de l'atelier cuisine

à franceinfo

 

Anne Rouche, animatrice de l'atelier cuisine, a déjà accompagné une trentaine de personnes en moins d'un an. Une partie d'entre elles sont des bénéficiaires du RSA orientés par des travailleurs sociaux du département. "Je fais attention à proposer des plats assez basiques qui puissent être refaits ensuite à la maison, raconte Anne Rouche. À partir du moment ou on sait faire la pâte à cake, on peut faire un cake aux olives et au jambon, au thon et à la tomate... On peut varier". 

De la lutte contre le gaspillage au cours de cuisine

Des plats frais, sains, pratiques et économiques. L'idée de ces ateliers a germé d'une constation commune du département des Yvelines – qui subventionne les ateliers à hauteur de 6 000 euros – et du mari d'Anne, Pierre Rouche, le directeur de l'association Bon et rebond, spécialisée initialiement dans la récupération des fruits invendus pour en faire des confitures. "Tous les fruits et légumes qu'on a en trop, on les donne aux Restos du cœur et au Secours catholique, explique Pierre Rouche. Et le retour de ces associations-là, c'était de nous dire : mais en fait, nos bénéficiaires ne savent pas toujours comment traiter ces fruits et légumes. Est-ce que vous ne pouvez pas créer des cours qui permettraient à ces personnes-là d'apprendre à se servir de ces fruits et légumes ?"

Les élèves du cours de cuisine de Bon et rebond sont pour partie des bénéficiaires du RSA. (WILLY MOREAU / RADIOFRANCE)

L'augmentation du coût de la vie, ajoute le responsable associatif, a rendu ces ateliers plus que jamais nécessaires. "Le prix des fruits et légumes monte, comment les utiliser au mieux ? Une alimentation saine passe de façon évidente par l'utilisation des fruits et légumes."

Les ateliers de Bon et rebond se terminent par un repas qui réunit animateurs et élèves cuisiniers. C'est aussi le but de ces ateliers et c'est ce que viennent chercher les participants : retrouver du lien social pour des personnes parfois isolées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Inflation 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.