Inflation alimentaire : "Soit les industriels tiennent leurs engagements, soit j'utiliserai l'instrument fiscal", prévient Bruno Le Maire

Il s'agit pour le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, qui s'exprimait sur France Inter mercredi, d'accélérer la baisse de l'inflation alimentaire.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 5 décembre 2022 sur France Inter. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

Sur l'inflation alimentaire, "soit les industriels tiennent leurs engagements, soit j'utiliserai l'instrument fiscal", prévient mercredi 31 mai sur France Inter le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

L'inflation "ralentit fortement", se réjouit le ministre, à 5,1% sur un an en mai selon les derniers chiffres de l'Insee. Mais sur l'inflation alimentaire, "il faut accélérer la baisse", dit Bruno Le Maire. "Les distributeurs ont tenu leurs engagements", note-t-il, "sur le panier et le trimestre anti-inflation, et l'ont prolongé au-delà du 15 juin : c'est une très bonne nouvelle".

Aucune négociation rouvertes avec les gros industriels

En revanche, "il faut que les 75 plus grands industriels de l'agro-alimentaire qui se sont engagés dans mon bureau à revenir à la table des négociations commerciales pour traduire cette baisse de l'inflation sur les prix dans les rayons tiennent leurs engagements", assure Bruno Le Maire, "aujourd'hui aucune de ces négociations commerciales ne s'est rouverte".

Le ministre de l'Economie précise qu'il avait laissé à ces industriels jusqu'à fin mai, début juin : "Soit les industriels tiennent leurs engagement dans les jours qui viennent, soit j'utiliserai l'instrument fiscal, une taxation pour récupérer les marges et rendre ces marges aux consommateurs. Je leur fait confiance pour tenir parole".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.