Le festival du Printemps de Bourges serre les prix malgré l’inflation

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Le Printemps de Bourges confronté à l'inflation. -
Festival : le Printemps de Bourges s’organise malgré l’inflation Le Printemps de Bourges confronté à l'inflation. - (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Le Quéré, O. Gardette, M. Dumas, P. Gueny
France Télévisions
France 3
Le Printemps de Bourges se tient jusqu’au 23 avril avec un défi à relever pour les organisateurs : attirer un large public sans augmenter le prix des places. En effet, cette année, avec l'inflation, les charges sont en hausse.

Le Printemps de Bourges, ce sont trois concerts pour le prix d’un dans la même soirée. 200 000 festivaliers se rendent en moyenne à Bourges (Cher) pour une semaine de musique. Les habitués n’hésitent pas à mettre le prix. "44 euros la place, un petit budget mais on se fait plaisir", avoue une femme. Ajouté au budget de la soirée, en plus des places, quelques verres et un en-cas entre amis. Alors pour ne pas faire fuir les festivaliers, le Printemps de Bourges a fait un choix fort : ne pas augmenter le prix de ses places.

Le coût de l’énergie et l’inflation en cause

Pourtant, le budget a explosé en un an, on compte +15% et pas seulement à cause du coût de l’énergie. "(...) Il y a beaucoup de coûts supplémentaires, l’inflation des cachets artistiques, l’inflation des salaires, l’inflation des techniciens, le manque de main d’œuvre... Tout ça fait que naturellement, le coût d’un festival augmente", détaille Boris Vedel, directeur général du Printemps de Bourges. Entre le décor et la lumière, les concerts sont de plus en plus impressionnants et plus chers. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.