Usine Nutella : des grévistes mis à l'amende sur décision de justice

Depuis près d'une semaine, plus aucun pot de Nutella ne sort de l'usine de Villers-Écalles (Seine-Maritime). La direction, qui ne veut pas plier face aux revendications salariales des grévistes, brandit la menace d'astreinte pour débloquer les accès.

FRANCE 3

L'usine de Villers-Écalles (Seine-Maritime) est la plus grosse usine de Nutella au monde. 600 000 pots de pâte à tartiner sortent chaque jour de ses lignes de production, mais depuis six jours, elle tourne au ralenti. Plus aucun camion n'entre ni ne sort de l'usine. Les grévistes réclament une augmentation de 4,5% des salaires. Pour mettre fin aux blocages, la direction s'est tournée vers la justice et a obtenu du Tribunal de grande instance la possibilité de sanctionner ceux qui empêchent leurs collègues de travailler à raison de 1 000 € par heure et par salarié.  

Protéger les salariés non grévistes

Dès lundi 3 juin au matin, un huissier et quelques cadres de l'entreprise se sont rendus sur le piquet de grève. Dans un communiqué, la direction affirme rester ouverte au dialogue dès que le blocage sera terminé, invoquant sa mission de protection des salariés non grévistes. Une décision légale, selon l'avocat Me Bruno Courtine. Contactés lundi soir, les syndicats souhaitent continuer la grève, mais appellent la direction à reprendre la discussion.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pots de Nutella sur une chaîne de production de l\'usine Ferrero France de Villers-Escale (Seine-Maritime), le 12 janvier 2018.
Des pots de Nutella sur une chaîne de production de l'usine Ferrero France de Villers-Escale (Seine-Maritime), le 12 janvier 2018. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)