Risques de tumeurs liés à l'Androcur : un numéro vert mis en place pour répondre aux patients

L'agence du médicament ANSM a annoncé jeudi la mise en place d'un numéro vert pour "répondre aux interrogations" des patients traités par Androcur. 

Logo de l\'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), au siège de l\'agence, à Paris, le 17 octobre 2017.
Logo de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), au siège de l'agence, à Paris, le 17 octobre 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

Un médicament qui augmente le risque de certaines tumeurs en cas de traitement long et à hautes doses : fin août, l'Androcur était montré du doigt par une étude menée par l'Assurance-maladie et une équipe de l'hôpital Lariboisière. Jeudi 20 septembre, l'ANSM a annoncé la mise en place d'un numéro vert pour "répondre aux interrogations" des patients traités par ce médicament. 

"Ce numéro (0 805 04 01 10) est accessible gratuitement du lundi au vendredi, de 9 heures à 19 heures", a indiqué l'ANSM dans un communiqué. L'agence invite également les patients "à consulter leur médecin, sans urgence, pour discuter de l'intérêt de la poursuite de leur traitement et évaluer la réalisation d'éventuels examens complémentaires". 

Le 1er octobre prochain, l'ANSM réunira pour la deuxième fois un comité d'experts indépendants, pour redéfinir les modalités d'utilisation de l'Androcur et de ses génériques. En attendant, l'agence a adressé, le 20 septembre, des "recommandations temporaires" aux professionnels de la santé, parmi lesquelles "l'information des patients de l'existence du risque de méningiome" et la "réévaluation" du rapport risques/bénéfices du traitement pour chaque patient.