Cet article date de plus de cinq ans.

Paris : des militants déguisés en kangourous envahissent le siège d'Engie

Cinquante militants des associations Les Amis de la Terre et ANV-COP21 sont entrés ce mardi matin dans le siège du groupe d'énergies Engie à Paris, dont une trentaine déguisés en kangourous. Leur objectif est de mobiliser l'entreprise sur la fermeture de la "centrale à charbon d'Hazelwood en Australie".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
30 kangourous envahissent le siège d'Engie à Paris le 12 septembre 2016 (RAPHAËL BODIN)

Cinquante militants des associations Les Amis de la Terre et ANV-COP21 sont entrés ce mardi matin dans le siège du groupe d'énergies Engie à Paris, dont une trentaine déguisés en kangourous, d'après le communiqué des deux organisations écologistes. L'objectif de l'opération était d' "appeler l'entreprise à fermer l'une des centrales à charbon les plus polluantes au monde : celle d'Hazelwood, en Australie" selon le texte.

Protestation contre la centrale à charbon d'Hazelwood 

"Trente kangourous se sont ainsi engouffrés en sautillant dans les locaux, et ont interpellé l'entreprise pour qu'elle ferme, et non revende, la centrale à charbon climaticide d'Hazelwood. Après avoir réalisé une chorégraphie sur le rythme de la chanson "Dis-moi oui, Engie", les kangourous et militants sont repartis dans le calme" précisent les militants dans leur communiqué.

Des écologistes se sont également rassemblés à Melbourne à 8h30 (heure australienne), dans les bureaux locaux d'Engie. "L'objectif de ces actions était de rappeler à Engie et au gouvernement français, qui en est actionnaire à 33 %, la nécessité de fermer, et non de vendre, les centrales à charbon détenues par les entreprises françaises."

Une action spectaculaire avec les mêmes revendications menée l'an dernier 

Une action similaire avait déjà été menée devant le siège d'Engie il y a un an environ. Cette fois-là, les protestaires avaient chanté et dansé sur "Andy", la chanson des Rita Mitsouko réécrite pour l'occasion. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.