Industrie : General Electric supprime plus de 1 000 emplois à Belfort

Le géant américain va supprimer plus de 1 000 postes en France, dont une grande partie à Belfort (Territoire de Belfort). Cette annonce aura également des répercussions sur les sous-traitants. 

FRANCE 2

À la sortie de l'usine, les salariés sont abattus. Ils ont appris l'information mardi 28 mai: 1 044 postes vont être supprimés par General Electric, dont 792 à Belfort (Territoire de Belfort). La plupart des ouvriers s'inquiètent pour leur avenir. "Aujourd'hui j'ai 50 ans, j'ai encore un crédit sur le dos et je vais me retrouver au chômage à devoir trimer jusqu'à la retraite. C'est une honte", lance un salarié de l'entreprise américaine. 

Les suppressions de postes inquiètent toute la ville

Au total, un quart des effectifs seront à terme supprimés des sites français de General Electric. Les syndicats dénoncent une casse de l'outil industriel. "C'est une injustice terrible. On est peut être le seul centre au monde où l'on sait faire les meilleures turbines à gaz", déplore Philippe Petitcolin, un représentant du syndicat CFE-CGC. Les suppressions de postes inquiètent toute la ville de Belfort. L'entreprise américaine est l'une des plus importantes du territoire. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un salarié de la multinationale américaine General Electric (GE) travaille sur une turbine à gaz dans l\'usine GE de Belfort, dans l\'est de la France.
Un salarié de la multinationale américaine General Electric (GE) travaille sur une turbine à gaz dans l'usine GE de Belfort, dans l'est de la France. (SEBASTIEN BOZON / AFP)