Ascoval : pourquoi un repreneur britannique pour sauver l'aciérie ?

Le tribunal de Strasbourg (Bas-Rhin),a confié au groupe de sidérurgie britannique British Steel la reprise d'Ascoval. Sophie Lanson explique pourquoi les Britanniques volent au secours de l'acier français.

FRANCE 2

Le groupe British Steel va reprendre l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), menacée de disparaitre durant près de quatre ans. C'est British Steel qui reprend le site. Un sauvetage britannique dû à la quasi-disparition de poids lourds hexagonaux dans la sidérurgie. "La France, c'est 15,5 millions de tonnes d'acier produites en 2017. C'est une goutte d'eau", détaille la journaliste Sophie Lanson. Plus précisément, la France pèse 0.92% de la production mondiale en 2017.

Le nain français face aux géants asiatiques

"La France est devenue un 'nain' sur le marché mondial. L'âge d'or des hauts fourneaux est terminé et ça se confirme en termes d'emplois. C'est un déclin depuis les années 1980 avec 58% d'emplois perdus", poursuit la journaliste. Le secteur n'offre que 40 000 emplois dans le pays. Le top 10 est trusté par les groupes asiatiques comme Arcelor Mittal, détenu par l'indien Laskhmi Mittal ou encore le chinois Baowu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le syndicaliste CGT Nacim Bardi, 42 ans, pose le 3 avril 2019 à côté du panneau d\'entrée de l\'aciérie Ascoval à Saint-Saulve (Nord).
Le syndicaliste CGT Nacim Bardi, 42 ans, pose le 3 avril 2019 à côté du panneau d'entrée de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)