Immobilier : face à la pénurie de logements, Marseille va bientôt surtaxer les résidences secondaires

Après Paris, Lyon ou Bordeaux, le Conseil municipal de Marseille va voter vendredi une augmentation de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, afin de favoriser le retour de biens à la location, sur un marché marqué par une flambée des prix.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La ville de Marseille. Illustration. (ALEXIS SCIARD  / MAXPPP)

La mesure devrait permettre d'alléger un peu le marché très tendu de l’immobilier dans la cité phocéenne : face à la flambée des prix, la mairie de Marseille prévoit d'augmenter la taxe d'habitation sur les résidences secondaires. La décision doit être votée vendredi 1er octobre lors du conseil municipal. "La quasi-totalité des grandes villes l'ont fait, Paris, Lyon, Bordeaux utilisent une loi d'incitation qui dit qu'il y a un embouteillage immobilier", explique Joël Canicave, l’élu en charge du budget.

Selon lui, l’expérience déjà menée dans la capitale "a permis de remettre 5 % de logements dans le circuit". Depuis 2015, la taxe d'habitation sur les résidences secondaires à Marseille était déjà majorée de 20 % par rapport à celle d'une résidence principale. La municipalité va désormais majorer la part communale de 60 %, le plafond maximal autorisé par la loi.

Airbnb également dans le viseur

Cette surtaxe concerne plus de 14 000 logements sur les 450 000 de la cité phocéenne. Une réserve de foncier non-négligeable "quand on sait que sur Marseille beaucoup de gens sont mal logés, que beaucoup cherchent un logement… Si on peut inciter certaines personnes à se dire ‘je ne m'en sers pas, je vais le remettre sur le marché’, c’est tant mieux" , poursuit l’adjoint au maire. La deuxième ville de France connaît une flambée des prix de l'immobilier qui a atteint 7,2 % en un an, selon un récent rapport de la chambre des notaires des Bouches-du-Rhône

Les loueurs de meublés type Airbnb sont aussi dans le viseur de la mairie, surtout ceux qui louent seulement quelques mois dans l’année. Mais pour Yannick Nobile, ambassadeur de la plateforme de location en ligne à Marseille, la plupart des hôtes ne sont pas concernés "Ce n’est pas Airbnb qui paralyse le marché du logement car l’écrasante majorité des hôtes à Marseille louent leur résidence principale. Et puis il faut aussi savoir que la taxe de séjour est reversée à la mairie. La hausse de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires permettra elle aussi de renflouer les caisses de la mairie de Marseille.

Une surtaxe sur les résidences secondaires à Marseille pour lutter contre la pénurie de logements - reportage de Romane Porcon.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme fiscale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.