La condamnation à 21 mois de prison de Messi pour fraude fiscale définitivement confirmée par la Cour suprême espagnole

La peine de prison ne devrait, cependant, pas être exécutée, comme c'est généralement le cas en Espagne pour les condamnations inférieures à deux ans.

Lionel Messi, le 21 mai, à Barcelone. 
Lionel Messi, le 21 mai, à Barcelone.  (JOSEP LAGO / AFP)

La Cour suprême a confirmé, mercredi 24 mai, la condamnation de Lionel Messi et de son père Jorge pour fraude fiscale. L'attaquant du FC Barcelone a été condamné, en juillet 2016, à 21 mois de prison pour ne pas avoir déclaré 4,16 millions d'euros au fisc espagnol, une somme provenant de ses droits à l'image perçus entre 2007 et 2009. 

Le tribunal a considéré qu'il était prouvé que les deux hommes avaient monté un réseau de sociétés-écrans au Royaume-Uni, en Suisse, au Belize et en Uruguay pour percevoir les droits à l'image du footballeur sans les déclarer au fisc. La peine de prison ne devrait, cependant, pas être exécutée, comme c'est généralement le cas en Espagne pour les condamnations inférieures à deux ans.

Une amende de 2,1 millions d'euros

La Cour suprême a également confirmé l'amende de 2,1 millions d'euros infligée au footballeur. Elle a en revanche revu à la baisse la peine de prison de son père, à 15 mois de prison contre 21 initialement, et son amende à 1,3 million d'euros contre 1,6 million.