L'Union européenne adopte une "liste noire" de 17 paradis fiscaux

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a fait cette annonce mardi à Bruxelles (Belgique).

Les ministres des Finances des 28 pays de l\'Union européenne, le 5 décembre 2017 à Bruxelles (Belgique).
Les ministres des Finances des 28 pays de l'Union européenne, le 5 décembre 2017 à Bruxelles (Belgique). (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'Union européenne a adopté une "liste noire" de 17 paradis fiscaux, a annoncé mardi 5 décembre à Bruxelles le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire. "Nous avons adopté aujourd'hui, au niveau de l'UE, une liste d'Etats qui ne font pas le nécessaire pour lutter contre l'évasion fiscale. Cette liste, qui est une liste noire, comprend 17 États", a-t-il déclaré devant des journalistes, lors d'une réunion des 28 ministres des Finances de l'UE à Bruxelles.

Selon une source diplomatique, les 17 pays qui figurent sur la liste noire sont les suivants : le Bahreïn, la Barbade, la Corée du Sud, les Emirats arabes unis, la Grenade, Guam, les îles Marshall, Macao, la Mongolie, la Namibie, les Palaos, le Panama, les Samoa, les Samoa américaines, Sainte-Lucie, Trinidad et Tobago et la Tunisie. "Et il y a 47 pays sur une liste grise – des pays qui ont pris des engagements qui doivent être suivis", a ajouté Bruno Le Maire.

Une liste "pas très crédible" pour Oxfam

Selon une source diplomatique, le Maroc et le Cap Vert auraient pu se retrouver sur la liste noire, mais figurent finalement sur la liste grise après des discussions mardi matin. Ils avaient envoyé des engagements très récemment. Huit pays, affectés par les ouragans en septembre, qui devaient faire l'objet d'un examen poussé des pays de l'UE, ont un temps de sursis jusqu'au printemps. Il s'agit entre autres d'Anguilla, Antigua et Barbuda, les Bahamas, la Dominique, les îles Vierges britanniques, les îles Vierges américaines et les îles Turks-et-Caïcos.

Sur Twitter, une responsable de l'ONG Oxfam a estimé que cette liste n'était "pas très crédible", du fait de l'absence des "principaux paradis fiscaux".