Les sénateurs veulent taxer l'économie collaborative

Les élus estiment que cette nouvelle pratique bouscule trop les secteurs classiques. 31 millions de Français utilisent des sites internet de partage.

FRANCE 2

C'est un projet d'amendement qui ne va pas plaire à tout le monde. Les sénateurs proposent de fiscaliser l'économie collaborative. Louer son appartement, sa voiture ou vendre des objets entre particuliers n'a jamais rapporté autant d'argent aux Français. Mais bientôt, les revenus supérieurs à 5 000 euros par an pourraient être soumis à l'impôt.

En théorie, ces revenus sont déjà imposables. Mais dans les faits, ils sont rarement déclarés. Résultat, les sénateurs proposent de mettre en place des déclarations pré-remplies qui seraient transmises automatiquement au fisc, avec l'aide des sites internet.

"Je ne comprends pas pourquoi on taxe"

Concrètement pour un revenu de 8 000 euros par an, le particulier pourrait payer 738 euros d'impôt. Une proposition qui scandalise certains particuliers, comme Aurélie Boni. Depuis trois ans, elle loue régulièrement sa voiture mais aussi son appartement : "On sous-loue notre appartement et on utilise notre voiture pour pourvoir amortir et pouvoir se faire des petits plaisirs. Je ne comprends pas pourquoi on taxe, en sachant qu'on n'en fait pas un business", s'agace la jeune femme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site Airbnb est une plateforme de location d\'appartements destinée aux particuliers, lancée en 2008 par deux Américains. Il propose des logements d\'appoint dans 192 pays, affirme-t-il.
Le site Airbnb est une plateforme de location d'appartements destinée aux particuliers, lancée en 2008 par deux Américains. Il propose des logements d'appoint dans 192 pays, affirme-t-il. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)